Alexandre Blok

À l'occasion de l'anniversaire de la Grande Révolution Socialiste d'Octobre le 7 novembre et de celui de la naissance de Blok (il est né en novembre 1880) évoquons ce que fut ce grand génie pour la révolution.

Alexandre Blok fut un des noms les plus considérables de la poésie russe du XXè siècle, de ceux qui exerçaient le plus d'attrait.

On a voué à Blok un véritable amour en U.R.S.S. Blok n'était pas vénéré seulement comme un classique, il était très populaire, très apprécié.

«Blok a été merveilleusement beau en tant que poète et personnalité. D'une beauté enviable», a pu dire le grand écrivain prolétarien Maxime Gorki. Blok a vécu une vie brève, à peine quarante et un ans. Mais elle a coïncidé avec une époque d'événements de portée historique mondiale, de «mutations inouïes», de «rébellions comme on n'en avait jamais vues», ainsi que l'a dit Blok lui-même. Le poète est venu à nous, si l'on peut dire, d'un autre monde qui a été submergé. Il est à peine croyable que lui qui a commencé par des pressentiments mystico-romantiques de quelque chose d'extraordinaire devant survenir ait célébré, au terme de son cheminement, l'exploit des défenseurs du monde nouveau, les soldats de la Garde Rouge. Lorsque Blok est venu à la révolution, il avait derrière lui la culture russe multiséculaire. L'enfance, adolescence et la jeunesse de Blok se sont écoulées dans un milieu qui avait hérité de ses aïeux l'amour de la littérature et une conception très pure de sa haute signification, l'admiration de la science et du savoir. C'est avec les hommes de ce milieu que le poète liait son idée des valeurs suprêmes de la vie.

L'aspiration chevaleresque à l'idéal, la soit d'exploit, la volonté de servir resteront les traits essentiels de l'ordonnance morale du poète, qui quelques années plus tard composera un poème à la gloire des soldats de la révolution.

La première révolution russe eut sur te poète une incidence déterminante. 1905 lui ouvrit des lointains immense. Blok découvre la beauté de la patrie dans les traits tes plus simples.

Blok écrit des articles critiques, des essais où il rappelle ce qu'est le devoir des intellectuels envers peuple, défend Gorki et les écrivains réalistes contre tes attaques de a presse réactionnaire.

A la veille de la révolution Blok est célèbre, on dit de lui que c'est le premier poète de la Russie.

En 1916-1917 Blok est au front, dans une unité du génie. Après la révolution de Février il participe à commission extraordinaire chargée d'enquêter sur les activités des hauts fonctionnaires du tsar. Le 19 octobre 1917 Blok écrit: «Lénine est le seul a croire que la prise du pouvoir par la démocratie mettra véritablement fin a la guerre et arrangera les choses dans le pays... Lénine c'est la prévision du bien.» Blok accueilli Octobre avec joie.

A la question «L'intelligentsia peut-elle coopérer avec les bolcheviks?» posée par un journal, le poète répond: «Elle peut et elle le doit.» Il répond par la parole et par son action. Le 9 janvier 1918 il écrit un article «L'intelligentsia et la révolution» qui s'achève par cet appel: «De tout votre corps, de tout votre cœur, de toute votre conscience écoutez la révolution.» Le 29 janvier, Blok termine le brouillon de son poème «des Douze». L'essentiel est clair dans ce poème, le poète est de tout cœur avec la classe ouvrière, il ne se démarque pas des soldats de la Garde Rouge. Dans les rues de Petrograd les murs se placardent d'affiches ou figure un vers des «Douze»: «Marquez le pas révolutionnaire!»

Janvier 1918 est un mois très tendu pour Blok. Le 30 janvier, le jour qui suit l'achèvement des «Douze» il écrit les «Scythes». Le poème s'adresse a l'Europe, appelle les nations au «festin fraternel de la paix et du labeur». Durant les années de la révolution, Blok a accompli un véritable exploit créateur. Voici les fait pour l'essentiel.

Dès les premiers jours d'Octobre Blok participe au Smolny à une réunion d'intellectuels qui ont proclame leur volonté de collaborer avec le pouvoir des Soviets. En janvier 1918 il commence à travailler au sein de la commission gouvernementale chargée de préparer l'édition de classiques russes, puis il collabore à la section du Répertoire du Département des théâtres de Petrograd du commissariat à l'Instruction. A l'invitation de Gorki, Blok prend part aux activités des Éditions «Littérature universelle». En 1919 Blok est nomme président de la Direction du Grand Théâtre dramatique. En 1920 on l'élit président de la section de Petrograd de l'Union des poètes de Russie. Blok a ainsi exerce une influence marquante sur la Révolution.

Fermez la page pour retourner.0