Chroniques de Gaza

Solidarité-Palestine
<Chroniques de Gaza> Souffrance d'un peuple

par Ziad Medoukh
7 octobre 2002

Un peuple qui a souffert, qui souffre toujours et qui souffrira demain, n'est autre que le peuple palestinien, qui est devenu le seul peuple de notre planète, qui soit privé de sa liberté et de son indépendance. Le seul peuple occupé dans notre monde actuel. Beaucoup de visiteurs étrangers, et d'observateurs dans les Territoires palestiniens, s'interrogent toujours sur la capacité de notre peuple à supporter cette situation d'occupation imposée par le gouvernement israélien, surtout depuis le début des opérations militaires israéliennes en mars dernier dans la bande de Gaza et en Cisjordanie.

La souffrance de notre peuple apparaît dans tous les domaines. L'occupation israélienne a touché, influencé et bouleversé tous les aspects de notre vie. Mais le seul aspect qu'elle n'a pas réussi à changer chez nous les Palestiniens, et elle ne réussira jamais à le changer, est notre attachement à notre patrie, la Palestine, et surtout notre résistance contre cette occupation qui a utilisé tous les moyens militaires, tous les crimes de guerre contre notre peuple. Malgré tout cela, les Palestiniens résistent, et restent dans leurs Territoires.

La souffrance de notre peuple se poursuit, avec chaque attaque, incursion, agression, blocus et bombardement israéliens sur nos villes, villages et camps.

Notre souffrance est devenue une réalité, c'est notre vie quotidienne; nos jours commencent et se terminent par des souffrances.

- Des bombardements, jour et nuit, par tous les moyens militaires, légaux et illégaux: avions, hélicoptères, chars, bateaux militaires, des bombardements qui font toujours des morts, des blessés, sans oublier leurs effets sur les maisons, les usines, les ateliers et les magasins.

- Des incursions dans toutes les villes, les villages, et les régions palestiniennes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza: au matin, à l'aube, au soir, pendant la nuit. Des chars, des véhicules blindés, des soldats et des officiers israéliens, qui pénètrent dans les zones autonomes palestiniennes pour tuer, arrêter des militants palestiniens, voire détruire des maisons et arracher des arbres.

- Des agressions contre toute la population palestinienne, qui visent les femmes avant les hommes, les enfants avant les adultes, les civils avant les militaires.

- Des attaques qui visent les civils, les enfants, les femmes, les innocents, et tout le peuple palestinien, parce qu'il a commis une grande faute: il résiste sur sa terre.

- Blocus total et blocage de toutes nos villes en Cisjordanie et dans la bande de Gaza; tout le peuple est encerclé dans une grande prison qu'on appelle «les Territoires palestiniens», nul ne peut ni sortir, ni entrer dans ses villes, villages, voire ses maisons et quartiers.

- Check-points qui rendent la vie des Palestiniens insupportable: ils ne peuvent ni sortir ni entrer dans leurs villes et villages sans passer devant des barrages d'humiliation installés par l'armée israélienne à la sortie et à l'entrée de toutes nos villes en Cisjordanie, et dans la bande de Gaza.

- Chômage qui touche toute notre population et qui est le plus élevé dans le monde: plus de 70% des Palestiniens sont chômeurs, sans travail, sans argent pour faire survivre leurs familles.

- Pauvreté par tous dans les Territoires palestiniens. Notre peuple est devenu, à cause de cette situation d'occupation vécue quotidiennement, un peuple chômeur, fatigué, effrayé, de plus en plus pauvre, sans travail, sans ressources, sans revenus... Tout cela influence la société palestinienne, qui désormais n'aucun moyen ou ressource pour survivre, en dehors des aides humanitaires internationales.

- Destruction des maisons, des constructions, des usines, des ateliers; des camps ont presque été effacés de la carte; le nombre de constructions palestiniennes détruites en deux ans par l'armée israélienne représente l'équivalent d'une grande ville.

- Massacres contre un peuple isolé, contre des Palestiniens qui veulent la vie. Mais l'ennemi de la vie veut les enterree parce qu'il n'aime pas la lumière ni le soleil qui brille sur la terre de Palestine. Des morts et des blessés palestiniens à terre, et les médecins et les ambulanciers ne peuvent pas les soigner; des enfants et des femmes qui tombent après chaque bombardement et chaque agression israélienne contre nos villes et villages, des raids israéliens qui visent des civils et qui causent la mort d'enfants innocents.

- Des effets psychologiques sur notre société, sur nos enfants, sur notre système familial, sur notre système éducatif, et sur notre vie de tous les jours. L'occupation israélienne a volé le sourire sur les lèvres de nos enfants innocents.

Nous souffrons, nous les Palestiniens, de l'injustice internationale, nous sommes devenus un peuple presque isolé, nous sommes en train de mourir sur notre terre, et le monde ne peut rien faire pour nous, à part quelques manifestations et regroupements de solidarité organisés par des peuples solidaires de notre cause. Une situation délicate et une souffrance continue sans aucune réaction de cette communauté internationale devenue impuissante devant les agressions et les attaques israéliennes permanentes contre notre peuple isolé. Toutes ces violations des résolutions internationales et du droit international, et aucun pays, voire aucune organisation internationale, même celles de défense des droits humains n'ont pu réagir, voire dénoncer ou critiquer les crimes israéliens contre le peuple palestinien, qui sont portant des crimes contre l'humanité, puisqu'ils touchent directement la population palestinienne.

Mais, malgré cette souffrance, et malgré ce quotidien difficile, et malgré une situation délicate vécue par notre peuple, la seule réponse et la seule solution à cette souffrance palestinienne quotidienne se trouvent dans les deux mots suivants: résistance et attachement.

Ziad Medoukh
4 Octobre 2002

Fermez la page pour retourner.