Lettre ouverte à M. Vladimir Poutine
président de la Fédération de Russie

aux bons soins de Monsieur l’Ambassadeur de Russie à Paris

copie à:

Monsieur le Président,

alerté par le Comité Internationaliste pour la Solidarité de Classe, dont je suis membre d’honneur aux côtés de Margot Honecker, Mumia Abu-Jamal et Henri Alleg, je suis certain de traduire l’indignation de centaines de milliers de travailleurs, de communistes, d’internationalistes et de progressistes français, en m’insurgeant contre la décision prise par les autorités russes d’expulser la dépouille mortelle de Lénine du mausolée de la Place rouge, qui plus est... à l’occasion du 88ème anniversaire de la Révolution socialiste d’Octobre 1917!

Nul ne peut être dupe des prétextes invoqués pour cette sinistre opération, qui attente, non seulement aux valeurs du peuple russe, mais à l’héritage de toute l’humanité progressiste..

Quoi qu’on pense de la manière dont la Russie soviétique décida en 1924 d’honorer un militant et un chef d’Etat vénéré par les ouvriers et les paysans russes, l’attentat contre la dépouille mortelle de V. I. Oulianov ne relève en rien d’une quelconque volonté de respecter sa mémoire : il s’agit au contraire de satisfaire la volonté revancharde de la contre-révolution anticommuniste et antisoviétique provisoirement triomphante dans votre pays. L’objectif des forces de réaction est d’extirper Lénine, Octobre 1917, l’URSS et le communisme de la mémoire du peuple russe dans le but de sceller la restauration de l’exploitation capitaliste, de donner de nouveaux gages à la réaction mondiale, d’accentuer l’offensive néo-libérale poursuivie par votre gouvernement contre les derniers acquis sociaux hérités de l’ère soviétique, de donner un nouveau signal pour l’offensive mondiale contre les travailleurs du monde entier.

Il en va de même de l’entreprise négationniste consistant à substituer de prétendues "fêtes de la réconciliation nationale" au traditionnel jour férié prolétarien du 7 novembre. Dois-je rappeler au membre du PCUS que vous fûtes qu’Octobre 17 fut une immense victoire du prolétariat russe et international (la communiste française Jeanne Labourbe y laissa la vie et la mutinerie de la Flotte française de la Mer noire rendit impossible la poursuite de l’intervention impérialiste française aux côtés des Blancs) et non une grande date de la réconciliation entre, d’une part, les ouvriers et paysans rouges et, d’autre part, les Blancs au service du capital, de l’impérialisme et des propriétaires fonciers? J’observe d’ailleurs qu’au moment même où il chasse le corps de Lénine du mausolée, l’État que vous présidez s’agenouille devant le général blanc Denikine, et cela après avoir célébré en grandes pompes il y a quelques années Nicolas II, le tsar que chassa la révolution populaire de février 1917? La "réconciliation" n’est donc qu’un camouflage hypocrite pour masquer le vrai but des autorités actuelles : humilier les descendants des Rouges, c’est-à-dire la Russie ouvrière et paysanne, provoquer le Mouvement ouvrier international, tout en réhabilitant la Russie blanche des aristocrates, serviteurs de l’impérialisme occidental et précurseurs de ces " nouveaux Russes " qui étalent leurs richesses à Monte-Carlo pendant que des milliers de travailleurs et de retraités russes vivent dans un terrible dénuement. Pour parfaire leur tentative de brouillage idéologique, les autorités " post-soviétiques " auront-elles le front d’exhumer le corps de Lénine au son de l’ancien hymne soviétique, totalement vidé de son sens, et du drapeau rouge, redevenu drapeau de l’armée russe mais privé de la signification de classe anti-impérialiste et antifasciste qu’il avait à Koursk, à Leningrad et à Stalingrad?

En bafouant le corps et la mémoire du grand Lénine, les forces de contre-révolution veulent puérilement exorciser sept décennies de socialisme. Cette première expérience socialiste de l’histoire, dont nous connaissons les ombres sans cesser d’en revendiquer les grandes lumières, avait fait de la Russie soviétique une puissance progressiste planétaire, victorieuse du nazisme, tenant tête à l’impérialisme américain, défendant la paix mondiale et l’émancipation des peuples, imposant par sa seule existence aux capitalistes occidentaux de faire des concessions aux travailleurs de leurs pays respectifs, un État multinational garantissant à ses citoyens le plein emploi, le droit aux soins médicaux, au logement et à l’éducation, leur assurant un haut niveau scientifique, artistique et culturel, donnant à la Russie un prestige international qu’a totalement dilapidé le régime "post-soviétique" actuel. En réalité, il aura fallu plusieurs interventions impérialistes contre la Russie soviétique, il aura fallu une accablante course aux armements imposée à l’URSS par le complexe militaro-industriel américain, il aura fallu la menace nucléaire permanente des Truman, Nixon, Reagan, Bush Senior et Cie contre le prétendu "Empire du mal", il aura fallu le renfort et la trahison de hauts dirigeants bureaucratisés et dé-communisés, pour défaire cet État multinational, démolir le camp socialiste, araser les acquis populaires et livrer l’humanité tout entière à l’actuelle re-mondialisation du capitalisme le plus sauvage !

Mais l’attentat programmé contre la dépouille mortelle de Lénine n’est pas seulement un coup honteux contre les travailleurs et les peuples du monde entier : c’est aussi un mauvais coup contre la nation russe elle-même. Bien que ses gouvernants successifs aient renié le socialisme, les États impérialistes "installés" n’entendent pas faire la moindre place à la "Russie post-soviétique" dans le nouveau partage du monde. A l’Ouest de la Russie, les dirigeants capitalistes de l’Union européenne expansionniste poussent les feux de prétendues "révolutions oranges" sous influence dans le but de détacher de la Russie ses voisins occidentaux ; dans les pays baltes phagocytés par l’UE et l’OTAN, les populations russophones sont discriminées; au Sud de la Russie, dans les ex-Républiques soviétiques d’Orient, l’impérialisme U.S. a installé une série de bases militaires tournées contre la Chine, l’Inde et la Russie. Bref, alors que Gorbatchev prétendait " réconcilier " la Russie et l’Occident en renonçant au socialisme, la Russie capitaliste est plus encerclée et menacée militairement que jamais ! Le Mouvement ouvrier international, les forces anti-impérialistes du monde entier sont évidemment vigilantes contre ces manoeuvres anti-russes lourdes de dangers pour toute l’humanité. Dès lors, est-ce en violant la sépulture de Lénine, l’immortel auteur de l’Impérialisme, stade suprême du capitalisme, est-ce en bafouant la mémoire du pionnier des luttes anti-impérialistes au 20ème siècle, que vous aiderez les forces pacifiques et internationalistes du monde entier à voir clair sur la menace politico-militaire qui pèse sur votre pays?

Au final, ce n’est pas la mémoire de Lénine que les hommes provisoires de la contre-révolution parviendraient à salir en violant la sépulture de Lénine. Économiste, philosophe, théoricien politique, personnalité de l’histoire russe de loin la plus célèbre, figure centrale de la révolution prolétarienne, de l’Internationale Communiste et de l’histoire mondiale du 20ème siècle, Lénine est un géant de l’histoire que les méprisables attaques dont il est la cible post mortem ne peuvent que grandir encore dans l’esprit de tous ceux qui résistent à la mondialisation capitaliste et à ses relais moscovites. L’acharnement, tout à la fois odieux et dérisoire, mis par la réaction à attaquer sa mémoire et sa dépouille mortelle prouve combien Lénine, même mort, continue à juste titre d’effrayer la réaction. En mettant à exécution leur lugubre menace d’expulser le corps de Lénine du mausolée, les fossoyeurs du socialisme achèveraient de se démasquer. En violant la sépulture d’Oulianov, en piétinant le respect dû aux défunts, cet acquis fondateur de l’humanité civilisée, les leaders de l’État post-soviétique et leurs supporteurs occidentaux ne pourraient qu’étaler au grand jour leurs tropismes barbares. Quant aux peuples, puissent-ils toujours mieux comprendre l’actualité de ce léninisme qu’on ne cesse de tuer périodiquement parce qu’il demeure la principale arme théorique et pratique à la disposition des exploités pour venir à bout d’un système capitaliste pourrissant, qui mène l’humanité à la barbarie, à l’indignité et à la mort!

A défaut de respecter vos engagements de jeunesse et les serments solennels que vous prêtâtes jadis à l’URSS et à son fondateur, j’ose encore espérer que vous comprendrez à temps combien l’opération lugubre que vous méditez serait nuisible à votre gouvernement et à votre État.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de mon profond respect pour le peuple russe, un peuple qui, sous l’impulsion de Lénine, a donné plus que tout autre au 20ème siècle pour la cause de la paix, de l’émancipation ouvrière, de la libération nationale et du socialisme.

Georges Hage député du Nord, doyen de l’Assemblée nationale française

Aussitôt après la mort de Lénine, les travailleurs de l'Union soviétique souhaitèrent que la dépouille de leur chef fût embaumée.

En mars 1924 fut publié le communique suivant: « Répondant au désir des larges masses de l'Union Soviétique et d'autres pays d'avoir la possibilité de contempler le corps du chef défunt; la commission pour les funérailles de Y.I. Oulianov (Lénine) a décide d'utiliser tous les moyens dont dispose la science moderne pour assurer une conservation durable du corps. » .En août 1924, le mausolée fut a nouveau ouvert au public. Depuis ce jour les visiteurs du mausolée s'avancent en flot ininterrompu. Des millions de personnes ont défilé devant le sarcophage de Lénine depuis août 1924:

Fermez la page pour retourner.