Afghanistan: incontrôlabilité et fourvoiement

En Afghanistan la colère monte contre les troupes étrangères présentes dans ce pays d’Asie centrale envahi par les États-Unis.

Au bout de cinq ans le territoire au relief abrupt devrait être soumis, mais la vérité c’est qu’aux actions de représailles dirigées envers les étrangers (menées par les talibans, créés par Washington, et qui se retournent aujourd’hui contre eux) s’ajoute maintenant le rejet de la population, victime d’actes hostiles, à la suite d’erreurs ou d’excès de la part des troupes nord-américaines.  

La recrudescence des actes contre les forces d’occupation coïncide avec le moment où le Pentagone donne de la corde et cède du pouvoir à l’OTAN. Une trentaine de pays ont envoyé 15,000 soldats pour la dénommée Force internationale de Soutien à la sécurité. Opèrent dans le territoire accidenté 20 000 autres soldats nord-américains, mais selon plusieurs journaux européens, ce que font les États-Unis c’est de passer la patate chaude à l’Alliance Atlantique, devant leur échec évident, malgré les forces déployées et les millions dépensés.

On accuse fréquemment le gouvernement Bush de ne pas avoir réussi à capturer Ousama Ben Laden ni le fuyant Mollah Omar.

L’échec est flagrant quand le groupe Scientifiques pour la Vérité, présente un autre rapport qui met en doute le fait que les Tours aient été détruites par des avions suicides. Il est impossible que ces édifices aient pu s’écrouler sans la présence de détonateurs placés avec précision, une chose qui aurait été faite sous les ordres de la Maison Blanche, affirment-ils.

Ce n’est pas la première fois que cette hypothèse est formulée, mais cette fois-ci elle est présentée par des personnalités reconnues de diverses parties du monde, y compris des nord-américains et parce qu’elle survient à un moment particulier des aventures guerrières de l’administration républicaine car dans le tamis des certitudes il reste peu de choses.

En Afghanistan, premier point de l’offensive impériale avec comme justification les événements du 11 septembre, on ne voit aucune amélioration. On a favorisé les seigneurs de la guerre de tout poil et le pouvoir des clans et des groupes qui contrôlent l’existence de chaque secteur de la population. Le trafic de drogues s’est accru, peut-être la seule activité économique performante, et il provoque des conflits à l’intérieur et à l’extérieur du pays.

L’opération déployée en 2001 par les États-Unis s’est appelé Liberté durable, mais ni l’une ni l’autre n’ont été obtenus durant ces cinq dernières années et rien n’indique qu’elles seront atteintes.

Fermez la page pour retourner.