Communistes

La résolution 1701 de l’ONU et le cessez-le-feu entre Israël et le Liban

Une résolution inique

Toutes les propositions faites par les grands pays capitalistes à la suite de l’agression israélienne contre le Liban avaient le point commun de dédouaner l’agresseur en le mettant sur le même plan que l’agressé. La résolution 1701 de l’ONU, finalement obtenue par les USA, va encore plus loin.

Elle ne dit pas un mot de la résolution 242 de l’ONU ni de la quinzaine d’autres qui ont suivi exigeant le départ d’Israël des territoires qu’il occupe par la force.

De même, elle ne dit pas un mot du respect de l’intégrité territoriale du Liban ni de la Syrie dont Israël occupe encore un morceau. Bien au contraire, c’est à la Syrie et à l’Iran que l’on demande de respecter la souveraineté du gouvernement libanais alors que rien de la sorte n’est demandé à Israël, dont l’armée est pourtant installée au sud Liban.

Elle ne dit pas un mot des centaines de prisonniers libanais détenus depuis des années en Israël ; en revanche elle considère que la capture, lors d’un accrochage militaire, de deux soldats israéliens par le Hezbollah est la source de tous les malheurs.

Quant au subtil distinguo entre opérations offensives et défensives, il permettra à Israël de continuer la guerre à tout moment où ses dirigeants le jugeront utile.

Quelles conclusions peut-on tirer du vote de cette résolution ?

L’ONU est un instrument des grandes puissances impérialistes

Nous avons là un énième éclairage de ce qu’est réellement l’ONU : un instrument aux mains des grandes puissances capitalistes et notamment des USA qui, depuis la disparition de l’URSS, ne prend que les décisions que dictent les grands capitalistes de la planète. Cela peut ôter quelques illusions à certains : tous les pays membres du Conseil de Sécurité de l’ONU, y compris la Chine, ont voté comme un seul homme cette résolution.

La France s’est entendue avec les USA en préservant ses intérêts

Nous avons aussi un éclairage sur le rôle particulier de la France. Ce soi-disant ami du Liban a élaboré la résolution en parfait accord avec les USA. Les intérêts particuliers des grands pays capitalistes sont souvent opposés, quand les profits des uns et des autres sont en jeu mais lorsqu’il s’agit des objectifs fondamentaux du capital, tout le monde est d’accord. Le Liban est un État créé à l’époque du partage des empires coloniaux ; du point de vue des gouvernants français, il reste une chasse gardée. La résolution ne change rien à cela. L’actuel gouvernement libanais, surtout depuis le départ des soldats syriens, est très en phase avec l’ancien colonisateur. La France, grande puissance capitaliste, a préservé ses intérêts.

La gauche comme la droite ont rallié Chirac et abandonné Palestiniens et Libanais

N’oublions pas d’évoquer l’union sacrée derrière Chirac dans notre pays : de Le Pen à Besancenot, tout le monde s’est rangé derrière le président de la République. Toutes les tentatives de dénoncer clairement l’agression israélienne, d’expliquer qu’Israël seul était responsable ont été boycottées par tous les bien pensants de «gauche». «Communistes» a été le seul parti à demander la rupture des relations diplomatiques avec Israël mais tout le monde s’est donné la main pour que cette demande ait le moins de publicité possible. Aucun des partis dit «d’opposition» n’a émis le moindre doute sur la résolution 1701 ; tous reprennent la version officielle des médias : la guerre n’est pas entre Israël l’agresseur et le Liban agressé mais entre le Hezbollah qui a «enlevé» deux soldats israéliens et un régime «démocratique» agressé qui ne fait que se défendre.

Israël a subi une défaite sur le terrain et la résolution essaie de le sauver

C’est l’enseignement le plus important de cette résolution : Israël a échoué dans sa tentative de conquérir le sud Liban, qu’il avait été obligé de quitter presque intégralement en 2000 ; les Résistants libanais, du Hezbollah notamment, mais aussi les militants du Parti Communiste Libanais, les Nassériens des Morabitouns et tous ceux du Liban sud qui ont décidé de résister ont tenu pied à pied et infligé sa première défaite à la soi-disant invincible armée israélienne. Comme l’a déclaré le député britannique Galloway : « Ils ont pris une sacrée bonne raclée (...) si ça c’est une victoire, alors je ne sais pas ce qu’est une défaite... » Pour «sauver les meubles», la résolution veut donner par la «négociation» à Olmert ce qu’il n’a pu obtenir par la force.

Ce que nous ont dit les journalistes

En France, comme dans les autres grands pays capitalistes, journaux et télés nous ont présenté la même vision fausse du conflit : Tsahal comme gardien des éternelles et magnifiques idées judéo-chrétiennes contre l’intégrisme musulman ; ce qu’ils appellent le choc des civilisations. Nous avons eu droit, de temps en temps, à quelques plaintes condescendantes à propos des morts libanais massacrés par l’aviation israélienne, mais pas trop.

«On» se garde bien de nous dire que la seule et unique cause de ce conflit est la volonté de l’État d’Israël de dominer, d’asservir, de conquérir tous ses voisins. C’est le « droit » dont il bénéficie de mépriser depuis presque quarante ans toutes les résolutions de l’ONU qui lui demandent de rendre ce qu’il a pris ; c’est cette espèce de statut «au-dessus des lois» qui lui permet de détenir des milliers de prisonniers palestiniens, libanais ou autres, par le seul droit du plus fort sans qu’aucune organisation dite de «défense des droits de l’Homme» n’ait jamais rien trouvé à redire.

«On» ne nous a pas dit non plus que la Résistance libanaise, même si le Hezbollah y prend une part majeure, est diverse ; et qu’en particulier le Parti Communiste Libanais a appelé à riposter par tous les moyens à l’invasion. «On» nous a bien évidemment caché aussi, tant bien que mal, les difficultés rencontrées par l’armée d’invasion sur le terrain.

En guise de conclusion

Depuis 1967 l’État d’Israël occupe illégalement le territoire des Palestiniens. Il a dû quitter sous la contrainte, en 2000 la majeure partie de la portion du Liban qu’il détenait, mais a juré de se venger et tenté de le faire ce mois de juillet. Dans ses geôles croupissent des tas de prisonniers, palestiniens, libanais que seul le droit du plus fort permet de maintenir ainsi captifs. Cet État est le seul responsable de l’embrasement de cette région du monde. Sa soif de conquête, son sentiment de supériorité sont de plus en plus mal masqués aux yeux de l’opinion publique internationale. Les peuples du monde savent de plus en plus qu’Israël, État raciste, colonialiste, est le 51ème état américain.

La défaite d’Israël sur le terrain militaire et la tentative des puissances capitalistes d’y remédier par la résolution 1701 valident plus que jamais ce que nous demandions depuis le début de la guerre. «Communistes» exige plus que jamais du gouvernement français une autre attitude que l’entente sordide avec les USA : la rupture des relations diplomatiques avec Israël est plus que jamais le seul objectif que poursuivent celles et ceux qui veulent la justice au Proche-Orient.

Fermez la page pour retourner.