La libération de Madame Betancourt

Ce qui est devenu un événement se situe dans un vaste cadre politique aux enjeux très importants. Depuis que les USA se considèrent comme une puissance mondiale, ils utilisent l’Amérique Latine comme leur arrière-cour qu’ils exploitent pour leurs intérêts. La présence du pétrole dans cette partie du globe renforce leur volonté hégémonique. Mais depuis quelques années ces peuples qui subissent l’impérialisme américain expriment leur volonté d’indépendance politique et économique comme c’est le cas au Venezuela en Bolivie et d’autres. Les USA doivent donc réaffirmer leur force voire reconquérir le terrain perdu.

Lorsqu’on sait que l’Amérique Latine fournit aux USA autant de pétrole que le Moyen-Orient, on comprend la portée des enjeux, et les États-Unis ne peuvent plus supporter l’extension de la contestation et encore moins la présence militaire de guérillas sur des régions entières comme en Colombie. Or la Colombie est encore l’un des pays sur lesquels les USA s’appuient. Leur aide passe essentiellement par le soutien militaire. Ainsi ce pays est devenu la 1ère puissance militaire de la région et comme le dit le Figaro : « On est loin du cliché folklorique d’une armée Sud américaine. Cette armée a profondément changé en une petite poignée d’années. Elle s’est rééquipée et a augmenté ses effectifs de 35% pour atteindre 400 000 hommes. La pression militaire sur la guérilla et les moyens de renseignement sont considérables ». L’AFP d’ajouter « Le Plan Colombie, conclu en 2000 avec Bogota par l'administration Clinton et maintenu par le président George W. Bush, prévoit une assistance financière, qui s'est élevée à environ 7 milliards de dollars en huit ans1» Et toujours selon le Figaro, l’autre partenaire militaire majeur de la Bolivie est Israël qui lui vend des armes notamment des mirages français rééquipés par les Israéliens. On sait aussi maintenant que ces derniers sont très impliqués dans les derniers événements.

C’est donc dans ce contexte politico-militaire qu’est intervenue la libération de Mme Betancourt. Une coproduction armée Colombienne CIA : l’AFP souligne que « le raid de l'armée colombienne en Équateur, qui a tué le numéro 2 des Farc, Raul Reyes, avait été déclenché à la suite d'une information des renseignements américains.... le commandement militaire américain chargé de l'Amérique Centrale et du Sud a réalisé depuis 2002 " 3.600 sorties de reconnaissance au-dessus de la Colombie ».

Cette stratégie interventionniste, le président bolivien Uribé va la poursuivre avec les USA et les Israéliens. Et c’est aussi pour des raisons politiques que ce bel ensemble a fait échouer la tentative de conciliation de Chavez au mois de mars pour la libération d’otages dont Mme Betancourt. Ils ne peuvent plus supporter que Chavez qui les combat prenne un poids politique plus important dans la région. Craignant la contamination, il leur fallait donc le discréditer en cassant son action humanitaire d’autant qu’il était en passe de faire libérer des Américains qui sont encore plusieurs centaines à être détenus par les Farc.

Et c’est partout comme ils l’ont fait en Irak, que les USA et leurs alliés sont prêts à intervenir militairement au mépris des droits d’un pays. Ainsi ces derniers jours, ils ont exprimé publiquement leur volonté d’intervenir militairement si besoin est, dans la région du Pakistan qui est proche de l’Afghanistan, sans demander son avis à leur allié, l’état souverain du Pakistan.

Mais l’histoire nous donne des exemples où la volonté des peuples a su repousser la toute puissance du capitalisme même quand il veut employer la force.

(1) Dépêche de l’AFP du 3/7/2008 source: Communistes

ITW : Claude Beaulieu, président du Comité Valmy pour Riposte Laïque

Fermez la page pour retourner.