L'aggravation de la crise de l'impérialisme mondial nous rapproche de son krach et du triomphe du socialisme

Les contradictions qui s'amplifient entre .le Travail et le Capital, la rupture qui s'approfondit entre les pays riches du «milliard doré» et les pays pauvres d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine conduisent à une nouvelle crise de l'impérialisme mondial. Les derniers évènements en sont la confirmation. L'absence de couverture des crédits hypothécaires aux É.-U.A. a abouti à une crise du système financier de la plus grande puissance impérialiste du monde, à la suite de quoi le cours du dollar, principale devise du monde capitaliste, a commencé à chuter. La panique a commencé à s'emparer des bourses mondiales. Tout cela conduit à la hausse du prix du pétrole, du gaz et des autres ressources, ce qui entraîne la diminution de la production, le chômage et la réaction en chaine de la crise dans les autres pays. Et, malgré le soutien urgent que les autres États impérialistes apportent au dollar, y compris la Russie en plumant ses propres citoyens pour transvaser les ressources du fonds stabilité vers les É.-U.A., le cours du dollar baisse inexorablement.

La crise du système impérialiste mondial non seulement ne cesse pas, mais encore s'accentue-t-elle encore. Comme il y a cent ans déjà, l'impérialisme trouve une issue dans l'augmentation des dépenses militaires et se fait encore plus agressif. Les dernières actions agressives des É.-U.A. et de leurs alliés en Yougoslavie, y compris au Kosovo, en Afghanistan, en Irak et dans d'autres pays le confirment. Le monde se trouve à la limite d'un nouveau repartage et donc, d'une troisième guerre mondiale.

L'impérialisme mondial, dans lequel le sionisme mondial occupe une position d'avant-garde, la toute-puissance du capital financier sur la planète, les F.T.N., portent une menace directe à l'existence de toute l'humanité. Les forces progressistes de la planète, y compris celles de la citadelle de l'impérialisme, les É.-U.A., intensifient leur lutte contre la guerre. Le mouvement de protestation de toutes les couches de la société grandit. Cependant, nous, les bolcheviks, rappelons à nos partisans de la lutte anti-impérialiste la mise en garde de 1. V. Staline: «Le plus vraisemblable est que le mouvement contemporain pour la paix, comme mouvement pour la sauvegarde de la paix, aboutira, en cas de succès, à la prévention de la guerre donnée, à son ajournement temporaire, au maintien temporaire de la paix donnée, à la démission du gouvernement belliqueux et à son remplacement par un autre gouvernement prêt à maintenir la paix bien. Mais quand même insuffisant pour faire disparaître l'inévitabilité des guerres en général entre pays capitalistes. Insuffisant parce qu'avec tous les succès du mouvement pour la défense de la paix, l'impérialisme quand même demeure, reste en vigueur: par conséquent, l'inévitabilité des guerres demeure également.

Pour éliminer l'inévitabilité des guerres, il faut détruire l'impérialisme».

Le capitalisme est tari, il a tout transformé en marchandises, en objets d'achat et vente, jusques et y compris le couronnement de la nature: l'Homme lui-même, mais aussi son intellect, son âme, son corps. Il ne peut y avoir d'issue à la crise générale que sur la voie du socialisme. L'impérialisme est incapable de résoudre un seul des problèmes globaux qui se posent à l'humanité: la faim, la misère, la menace de guerre, l'écologie, la moralité et d'autres; l'impérialisme, c'est la veille des révolutions socialistes. Le XXI siècle sera le siècle des révolutions socialistes victorieuses. Le socialisme est l'unique chance de sauver l'humanité des crises militaires, écologiques, démographiques, informationnelles et autres.

«Hors du socialisme il n'est pas de salut pour l'humanité contre les guerres, la faim, la perte de millions et de millions d'êtres humains»

(V. 1. Lénine, Œuvres compl. t. 31, p. 130, éd. en russe)

Source: Nouvelle d'U.R.S.S. No 93, p. 21

Fermez la page pour retourner.