Forum de Beyrouth

Forum international de Beyrouth sur le soutien de la résistance, l'anti-impérialisme, la solidarité entre les peuple et des alternatives

Dans le cadre de la participation de l'IAPSCC intervention d'Alexandre Moumbaris

(En raison de très nombreuses interventions le temps de parole a été limite à deux minutes)

Chers Amis et Camarades

La barbarie du siège de Gaza, la cruauté monstrueuse à l'égard d'une population sans défense est la preuve, sans conteste, de la bestialité sioniste. La négation de souffrance des personnes de confession juive sous le régime nazi ne peut plus servir à appeler à la sympathie pour l'état israélien et ses soutiens sionistes alors qu'ils perpètrent des crimes similaires à ceux dont ils ont été victimes. La vérité est que les sionistes en Israël, et partout dans le monde, qu'ils soient juifs ou gentils, n'ont aucune considération pour les vies humaines autres que les leurs. Tout le monde peut voir qu'ils agissent comme des Nazis, bien qu'à une échelle plus réduite. Mais les Nazis ne tentaient pas constamment à se faire passer pour des martyrs, comme le font les sionistes, alors qu'ils assiègent, affament et massacrent une population sans défense, tirant sur des ambulances, des installations supervisées par les Nations Unis, et commettent d'autres crimes innommables que je n’énumérais pas ici.

Les gens ne peuvent plus prétendre ne pas savoir que le sionisme nie l'humanité et il est grand temps que l'humanité nie le sionisme. Il est temps de se débarrasser de ce fléau, et comme le nazisme a été vaincu et l'apartheid aboli, l'humanité doit aussi éradiquer le sionisme, un crime contre l'humanité, comme l'avait déclaré dans le passé par les Nations Unies.

Ceux qui le défendent doivent aussi assumer ses crimes. Les preuves sont parfaitement claires, et personne ne peut désormais se cacher derrière l'ambivalence. C'est la tâche de chaque personne ayant de la moralité et de l'honneur qu'il soit musulman, chrétien, athée ou juif de choisir son camp.

Il n'y a pas d'option réelle pour une «paix juive», il n'y a qu'une seule paix possible, une paix palestinienne des frontières de l'Égypte à celles du Liban, avec le droit au retour des Palestiniens de la diaspora, où tous les citoyens jouiront des mêmes droits politiques quelque-soit leur religion.

- fin des deux minutes -

Les sionistes ont commis une erreur en engageant une bataille où malgré que leur armement d'une supériorité incomparable à celui des défenseurs palestiniens, ils avaient face d'eux des adversaires qui disposaient d'une incomparable puissance morale. La bataille était déjà pour eux perdue d'avance. Même si tous les défenseurs gazaouis devaient tomber sur le champ de bataille, leur héroïsme en inspirerait d'autres, beaucoup plus nombreux encore, amenant à se joindre, non seulement des Palestiniens, des Arabes et des musulmans mais aussi des combattants du monde entier, y compris des juifs.

La bataille de Gaza n'est pas une bataille qui concerne seulement les Palestiniens. C'est une bataille qui concerne chaque nation et chaque peuple qui veut défendre sa souveraineté, sa dignité, sa culture, son droit à ne pas être expulsé, colonisé, humilié ou exploité. C'est une grande bataille contre l'impérialisme partout dans le monde où la Palestine n'est qu'un front soutenu p r l'alliance infâme conduite par les États-Unis et ses alliés, dont l'Union européenne.

Cela étant dit, les Gazaouis avec l'aide des autres Palestiniens, leurs amis, leurs forces combattantes, en premier lieu celles du Hamas, mais aussi celles du FPLP, du FDLP, du Jihad islamique et aussi des sections dissidentes du Fatah ont déjà remporté des victoires qui n'étaient pas seulement militaires. Celles-ci se situent au Venezuela, en Bolivie, qui ont renvoyé les ambassadeurs, israéliens, et demain peut-être en Égypte, en Jordanie... et dans tous les coins du monde où ils auront gagné les cœurs des hommes et des femmes.

Alexandre MOUMBARIS
membre du secrétariat
de l'IAPSCC
18 janvier 2009

De: "Éditions Démocrite "No 129
democrite@neuf.fr

Fermez la page pour retourner.