ÉDITORIAL Notre lutte : Le front idéologique

 Face au grand danger que représentent les illusions petites-bourgeoises persistantes face à l’offensive économique, sociale et politique du Capital financier, au sein des métropoles impérialistes en déclin, beaucoup continuent encore d’avoir foi dans les vertus de la démocratie parlementaire bourgeoise alors même que ses piliers matériels – constitués par les profits provenant de l’exploitation des pays dépendants – s’effondrent !

Malheureusement, comme le faisait si justement remarquer Staline il y a près d’un siècle, l’évolution de la conscience des hommes retarde sur l’évolution des conditions de leur existence. C’est dans ce sens que Lénine disait que la révolution ne devient possible que quand la classe exploiteuse « ne peut plus vivre comme avant » et que les classes exploitées « ne veulent plus vivre comme avant ». Ainsi, tant que les masses exploitées gardent l’espoir de pouvoir à nouveau vivre comme avant sans avoir à briser le cadre des rapports de production bourgeois, les conditions révolutionnaires subjectives ne sont pas réunies, alors même que les conditions objectives peuvent l’être.

Aujourd’hui, les conditions objectives sont là. Notre devoir  et notre lutte c’est de réduire le décalage entre la conscience et l’existence sociale des larges masses exploitées afin de les amener à prendre conscience de leur condition et de leurs intérêts de classe.

C’est seulement en maniant l’arme de la science matérialiste-dialectique que notre organisation, peut, en tant que détachement d’avant-garde du prolétariat sur le front idéologique mener cette lutte.

La crise systémique actuelle, plus grave que celle de 1929 est une opportunité unique pour atteindre nos objectifs, mais il faut tout d’abord nous changer  et nous remettre en question. C’est dans ce sens que nous voulons orienter l’Édition française de NSC en publiant des articles qui contribueront principalement à minimiser l’écart entre notre conscience et l’évolution des conditions de notre existence.

Tous nos  lecteurs méritent des informations pour  retrouver la place qui doit être la nôtre dans la défense d'une Révolution qui continue à faire rêver et inspirer bien des peuples à travers le Monde.

N’oublions pas les précieux conseils du Camarade Pérez «Pour reconquérir les positons idéologiques et politiques du bolchevisme il est nécessaire de défendre Staline, de nous approprier son œuvre, après des dizaines d'années d'anti-stalinisme, de véritable terrorisme intellectuel qui assimile socialisme et nazisme, Hitler et Staline». Il s'agit, en résumé, de la lutte et du travail, sans répit, pour la récupération et la défense conséquente du meilleur héritage de notre histoire révolutionnaire face à ceux qui tentent de la discréditer et de la détruire afin de nous désarmer dans tous les domaines.»

Manuel Pérez Martínez (Arenas)
Prison de Fresnes

Dr Adélard Paquin, responsable de l’Édition française de NSC

Fermez la page pour retourner.