Encore sur l'Essence du Léninisme

Traduction du Dr Adélard Paquin

Communiqué du Centre Soviétique du Centre International pour la Formation de la Doctrine Moderne Communiste, livré à la conférence pour la commémoration de l'anniversaire de Lénine, Moscou, le 21 janvier 1997, par V.I. Dyachenko.

La question essentielle du Léninisme n'est pas aléatoire et il est clair qu'elle  est soulevée suite aux tentatives continues de réviser les enseignements du Marxisme-Léninisme.

Les révisionnistes et les opportunistes de toutes sortes qui ont repris la direction du PCUS et de l'État Soviétique après la mort de Staline, dans une période de quarante ans, ont réussi à déformer dans la conscience de la majorité des communistes Soviétiques et des communistes à l'étranger, l'essence du Marxisme-Léninisme quant à la stratégie et la tactique de la construction de la société communiste. Le point principal est l'enseignement sur (dans un sens large ) la révolution communiste avec le but d'établir la dictature du prolétariat  et la formation des relations  sociales communistes. C'est spécifiquement contre ces principes de base que l'idéologie du CPRF [le Parti communiste de la Fédération de Russie] - se bat, sous la direction "sage" du "communiste en chef du pays" Zyuganov, qui, autant que l'essence du Marxisme-Léninisme est concernée, n'est rien de plus qu'un vrai disciple de la tendance contre-révolutionnaire de la clique des renégats. Khrushchev-Brezhnev-Gorbachev.

"Il est souvent dit et écrit que le point principal dans la théorie de Marx est la lutte des classes. Mais c'est faux. Et cette fausse notion aboutit très souvent à une altération opportuniste du Marxisme et sa falsification dans un esprit acceptable pour la bourgeoisie. Quant à la théorie de la lutte des classes elle n'a pas été créé par Marx, mais par la bourgeoisie avant Marx et, en général, c'est acceptable pour la bourgeoisie. Ceux qui reconnaissent seulement la lutte des classes ne sont pas encore des Marxistes; ils peuvent toujours se trouver encore    dans les limites de la pensée  et  de la politique bourgeoise. Limiter le  Marxisme à la théorie  de la lutte des classes signifie tronquer le   Marxisme, le déformant, le réduisant à quelque chose acceptable pour la bourgeoisie. Seulement est  Marxiste celui-qui prolonge l'identification de la lutte des classes à l'identification de la dictature du prolétariat. C'est ce qui constitue la distinction la plus profonde entre le Marxiste et l'ordinaire petit (aussi bien que grand) l bourgeois. C'est la pierre de touche sur laquelle la compréhension réelle et l'identification de Marxisme doit être évaluée...

"L'essence de la théorie de Marx de l'état", conclut Lénine, a été maîtrisée seulement par ceux qui se rendent compte que la dictature d'une seule classe est nécessaire non seulement pour chaque société de classes en général, non seulement pour le prolétariat qui a renversé la bourgeoisie, mais aussi pendant la période entière historique qui sépare le capitalisme de 'la société sans classe' du communisme." (V.I. Lénine, l'État et Révolution, Oeuvres complètes, V. 25, p. 417-418.)

Selon la définition donnée par Lénine, la dictature du prolétariat est "la base  de la révolution  prolétarienne." De cela J.V. Staline a  tiré une conclusion entièrement juste que l'essence du Léninisme consiste en la  théorie et la tactique de la révolution prolétarienne avec le but d'établir la dictature du prolétariat (J.V. Staline, Travaux V. 8, p. 17.)

La contribution la plus grande de Lénine au prolétariat international a consisté dans la reprise de l'essence révolutionnaire du  Marxisme, qui a été perverti et transformé en une théorie de la coexistence des classes par les représentants de la petite bourgeoisie dans le mouvement communiste - les opportunistes de la Seconde Internationale, qui ont  nié la révolution et la dictature du prolétariat.

Lénine a dû entreprendre dans le parti une lutte  idéologique approfondie contre les détenteurs de l'idéologie de propriétaire privé, qui a représenté les intérêts de la petite bourgeoisie dans la campagne et les villes. À cet égard dans son travail <les Tâches Immédiates du Gouvernement Soviétique>. Lénine a écrit: "Dans les  terres ou la population de petits propriétaires prédomine  sur  la population purement   prolétarienne, la différence entre le révolutionnaire  prolétarien et le révolutionnaire petit- bourgeois  se fera inévitablement  sentir et se fera de temps en temps  sentir très brusquement... L'origine sociale de tels types est le petit propriétaire, qui  a été  poussé à la frénésie par les horreurs de la guerre, par la ruine soudaine, par les supplices sans précédent de la famine et la dévastation, lequel... recherchant une sortie, cherchant le sauvetage, place sa confiance dans le  prolétariat et le soutient un moment et ensuit se laisse aller au  désespoir. Nous devons clairement comprendre et nous rappeler fermement le fait que le socialisme ne peut pas être construit sur une telle base  sociale. La seule classe qui peut diriger les travailleurs  et les  exploités est la classe qui suit inébranlablement son chemin... Ce que  nous avons besoin est l'avance stable de bataillons de prolétaires de fer. "(V.I. Lenin V. 27, p. 276-277).

Les tentatives de pervertir l'essence de Léninisme ont été effectuées, depuis la mort de V.I. Lénine, par les opportunistes  de droite et de gauche dans le PCUS (B). Cependant  Staline les a combattus.. Prenez par exemple la définition de Trotsky du Léninisme. Il a écrit quant à cette question: "le Léninisme, comme un système d'action révolutionnaire, suppose  un instinct révolutionnaire formé dans la réflexion et l'expérience qui, dans la sphère sociale, est équivalent à la sensation musculaire dans le travail physique." Staline a montré que ce n'est rien de  plus qu'un jeu  de mots. (J.V. Staline, Travaux, V. 8, p. 289.)  Le Trotskyiste Zinoviev a défini le Léninisme de cette façon:: "le Léninisme est le Marxisme de l'ère des guerres impérialistes et de la révolution mondiale qui a commencé directement dans un pays où la paysannerie  prédomine." Basé sur sa propre définition du Léninisme, Zinoviev a considéré que la question principale est le rôle de la paysannerie.  Staline a dit: " Comme vous voyez, la thèse de Zinoviev suit entièrement  sa fausse définition du Léninisme. C'est donc aussi  faux que sa définition du Léninisme est fausse.

"Est-ce que la thèse de Lénine la dictature du prolétariat est 'le contenu de base  de la révolution  prolétarienne' est  correcte? C'est incontestablement correct. Est -ce que la thèse <le Léninisme est la théorie et la tactique de la révolution  prolétaire> est correcte? Je pense que c'est correct. Mais qu'est-ce qui  en découle?  Il s'ensuit que la question fondamentale du Léninisme, son point de départ, sa base, est la question de la dictature du prolétariat" (J.V. Staline, Travaux, V. 8, p. 14, 17.)

Les opportunistes de droite, sous la direction de Bukharine, qui ont exprimé les intérêts des koulaks à la campagne, ont nié la dictature du prolétariat. L'idée de la mort  de  la dictature du prolétariat  lors de la construction du socialisme et de la transformation de la société de classes  en une société sans classe, appartient en particulier à Bukharine. Cependant sa théorie a été exposée d'abord par Lénine et après sa mort par J.V. Staline. "Alors" Staline a désigné "les trois aspects principaux de la dictature du prolétariat.

"1) L'utilisation de l'autorité du prolétariat pour la suppression des exploiteurs, pour la défense du pays, pour la consolidation des liens avec les prolétaires d'autres pays et pour le développement et  la victoire de la révolution dans tous les pays.

"2) L'utilisation de l'autorité du prolétariat pour détacher les masses laborieuses et  exploitées une fois pour toutes de la bourgeoisie, pour consolider l'alliance du prolétariat avec ces masses, pour entraîner ces masses dans le travail de construction socialiste et assurer la direction d'état de ces masses par le prolétariat.

"3) L'utilisation de l'autorité du prolétariat pour l'organisation du socialisme, pour l'abolition des classes, pour la transition à une société sans classes, à une société socialiste.

"La dictature du prolétariat est une combinaison de tous ces trois aspects. Aucun  de ces aspects ne peut être avancé comme la particularité unique caractéristique de la dictature du prolétariat. D'autre part, vu l'état des choses d'encerclement capitaliste, l'absence de même une de ces particularités est suffisante pour que la dictature du prolétariat cesse d'être une dictature." (J.V. Staline, Concernant les Questions de Léninisme, "la Révolution Prolétarienne et la Dictature du Prolétariat", V. 8, p. 31-32.)

Défendant l'essence du Léninisme au cours de la lutte idéologique contre l'opposition,  Staline a dit: "en effet  pourquoi le C.P.S.U. (B.) exprime tant de méfiance  envers l'opposition? La raison en est que l'opposition a eu l'intention de remplacer le Léninisme par le Trotskyisme... 'améliorer' le Léninisme au moyen du Trotskyisme. Mais le Parti  veut rester fidèle au Léninisme, malgré tous les artifices divers de tous ces faux aristocrates dans le Parti. C'est la cause première pourquoi le Parti, qui a fait trois révolutions, a trouvé nécessaire de tourner son dos sur Trotsky et sur l'opposition dans l'ensemble." (J.V. Staline, Travaux, V. 10. 165.)

La tragédie est arrivée après la mort de Staline, quand la direction du PCUS et de l 'État a été saisie par les détenteurs d'une psychologie et d'une idéologie petite-bourgeoise, les continuateurs de l'opposition Trostskyiste-Bukhariniste. En conséquence, l'anarchie  petite-bourgeoise a repris le parti  et la société.

Le révisionnisme  dans le PCUS a été combattu ensuite par le Parti du Travail de l'Albanie, lutte  menée par Enver Hoxha. Cela  s'est terminé par une confrontation totale entre l'Union soviétique et l'Albanie.  Dans l'article "les révisionnistes Soviétiques ne réussiront pas à déguiser leur visage déloyal  avec démagogie", en 1969 il a écrit:

"Le  révisionnisme Khrushcheviste en Union soviétique a subi plusieurs étapes, en conformité avec lequel ses formes, ses  méthodes et sa tactique de lutte et l'action pour effectuer en pratique son cours anti-marxiste et déloyal et le camoufler, ont aussi changés...

"Dans le domaine idéologique les révisionnistes ont remplacé les idées et la ligne cohérente marxiste - léniniste de Staline sur toutes les questions fondamentales avec les idées et la ligne anti-marxiste du  révisionnisme moderne. Les opportunistes et Trotskyistes divers, Bukharinistes et les ennemis Zinovievistes, les nationalistes et les autres, en Union soviétique ont été proclamés comme 'les victimes de Staline' et ont été  placés sur le piédestal des 'martyrs' et des 'héros'... Ils ont lancé le slogan d'unité avec les social- démocrates à l' échelle nationale et internationale 'dans la lutte commune pour le socialisme,' et la voie a été pavée pour le rapprochement complet idéologique, politique et organisationnel et la fusion des partis communistes avec les partis sociaux-démocrates...

"Dans le domaine politique Khrushchev et son groupe ont sali et ont renoncé à la théorie marxiste - léniniste et à la pratique de la lutte des classes et à la dictature du prolétariat, l'appelant 'une altération staliniste' et proclamant la période entière historique de la direction de Staline 'une période sombre, anti-démocratique, une période des violations de la légalité socialiste, de terreur et de meurtres, de prisons et de camps de concentration.' La route a été ainsi ouverte pour la liquidation de la dictature du prolétariat et pour son remplacement par la dictature bureaucratique et contre-révolutionnaire de la nouvelle aristocratie 'socialiste' qui est née et se développait, tout cela étant couvert de slogans trompeurs de 'démocratisation' et de 'la restauration de la liberté et  la justice socialiste' prétendument 'perdue  et  maintenant regagnée.'

"Dans le domaine économique, les Khrushchevistes ont déclaré comme faux et incorrect la ligne de Staline et les méthodes de développement et la gestion de l'économie socialiste dans toutes les branches, particulièrement dans celui de l'agriculture,  et ont  rejetées les directives de  Staline  sur la nouvelle amélioration et le développement des relations socialistes de production dans la période historique de la transition du socialisme au communisme et, cela sous le prétexte de surmonter  'la stagnation'  de l'économie et les difficultés prétendument créées suite à la ligne 'dogmatique' de  Staline, entreprise par une série de 'réformes' qui ont frayé la voie à la dégénération graduelle de l'ordre socialiste économique et à l'opération non contrôlée des lois économiques du capitalisme." (Enver Hoxha, le  Parti du Travail de l'Albanie dans Bataille avec le Révisionnisme Moderne, Discours et Articles, p. 477, 481-482).

Ce  chemin a conduit à la restauration totale des relations capitalistes dans notre pays, qu'en termes de théorie est le  résultat, selon notre point de vue, de la révision essentielle du Léninisme par le PCUS.

Pour conclure, laissez-moi  revenir de nouveau  aux mots brillants d'Enver Hoxha qui a dit, je vous rappelle, en 1969:

"Malgré le fait que pas tous les communistes et le prolétariat en Union soviétique voient que le Parti communiste actuel de l'Union soviétique n'a rien en commun avec le parti Bolchevique de Staline-Lénine, le bolchevisme est toujours vivant en Union soviétique et les révolutionnaires Soviétiques Bolcheviques ne seront pas défaits face à la tragédie que la terre des Soviets vit en ce moment, mais ils reconstitueront les grandes traditions de la Révolution Octobre, des temps héroïques de Lénine et le Staline. Et la seule route possible pour cela est  la récréation d'un parti Marxiste-Léniniste-Staliniste révolutionnaire, qui doit prendre en  mains la bannière de la lutte pour le renversement de la clique de révisionnistes et la restauration de la dictature du prolétariat, pour que l'Union soviétique revienne en arrière sur la route du communisme". (Ibid. p. 503-504).

Cliquez ici pour retourner au Amis Québécois