La Contrefaçon du “Testament de Lénine”

V.A. Sakharov
Candidat des sciences historiques

Ci-dessous nous publions une analyse des documents qu’on dit avoir été écrits ou dictés par V. Lénine avant sa mort, lesquels étaient critiques de J.V. Staline. L’article suivant a été d’abord publié dans le journal “Molniya”, organe du Trudovaya Rossiya mouvement de masse, traduit par Michael Lucas et publié dans la collection des articles “The lie of the Lenin Testament” (Toronto, 1997). L”article est préfacé par des extraits de “la Lettre au Congrès”, qui fût déclarée avoir été dicté par Lénine. V.A. Sakharov soulève la question de la paternité de cela et des documents qui s”y rapportent.

De “la Lettre au Congrès”:

I. “Le camarade Staline, devenu Secrétaire général, a concentré un pouvoir illimité entre ses mains et je ne suis pas sûr qu’il puisse toujours s’en servir avec circonspection. Le camarade Trotski, d’autre part, comme sa lutte contre le C. C. dans la question du Commissariat du Peuple des Voies de Communications a déjà prouvé, s’est distingué non seulement par des capacités éminentes. Il est personnellement peut-être l’homme le plus capable de l’actuel C.C., mais il pêche par excès d’assurance et par un engouement exagéré pour le côté purement administratif des choses.”

Le 25 décembre 1922

Consigné par M.V.

(V.I. Lénine, Oeuvres, vol 36, Moscou, 1971, pp. 607-608).

II. “Staline est trop brutal et ce défaut, bien que tout à fait tolérable dans notre milieu et dans les relations entre nous, communistes, ne l’est pas dans les fonctions de secrétaire général. Je propose donc aux camarades d’étudier un moyen pour démettre Staline de ce poste et pour nommer à sa place un autre homme qui n’aurait en toutes choses sur le camarade Staline qu’un seul avantage, celui d’être plus tolérant, plus loyal, plus poli et plus attentif envers les camarades, d’humeur moins capricieuse, etc. Ces traits peuvent sembler n’être qu’un infime détail. Mais à mon sens, pour nous préserver de la scission et en tenant compte de que j’ai écrit plus haut sur les rapports de Staline et de Trotski, ce n’est pas un détail, ou bien c’en est un qui peut prendre une importance décisive’.

Consigné par L.F.

Le 4 janvier 1923.

(Op. cit. p. 608).

La réalité politique et scientifique d’une lutte de principe contre n’importe quelle pseudo création concernant V.I. Lénine, confronte le mouvement communiste contemporain. Cette lutte n’est pas seulement défensive. Le but n’est pas de placer devant les yeux des ouvriers, une image de V.I. Lénine dans sa grandeur, mais cela doit sauvegarder et promouvoir la victoire de la révolution communiste.

Ces lettres du prétendu testament n’appartiennent pas à Lénine.

Parmi les mythes qui sont liés à la vie et au travail de V.I. Lénine, le plus sournois, raffiné et en même temps le plus destructeur dans ses conséquences politiques et idéologiques est le mythe du prétendu “ Testament Politique “ de V.I. Lénine, sous lequel il y a un complexe de documents, connus aussi en tant que “ Derniers articles et lettres”. Le problème scientifique dans cela c’est de vérifier que chacun de ces documents était, en effet, écrit par V.I. Lénine. Donc l”examen de tous ces documents est une question de vérification.

Ces lettres sont tapées sur une machine à écrire. V.I. Lénine n’a signé aucun de ces documents ou lettres et ne peuvent pas être vérifiés comme tels. La signature sous le texte tapé à la machine est “AM.V.” ou “L.F.” Celles-ci ne peuvent pas prendre la place d”un autographe, ou une copie signée par Lénine. C’est un fait que la paternité de ces documents de Lénine, publiquement dès le début, n’a jamais malheureusement été mise en doute. Il a été pris comme un fait accepté qu’ils ont été écrits par V.I. Lénine. Cela a été même accepté par J.V. Staline lui-même. Cette situation, bien sûr, a donné une aide considérable aux révisionnistes qui étaient toujours parmi la direction du PCUS après la mort de Lénine. L’histoire montre que ces “documents” sont devenus la partie “d’une intrigue”.

Mais, une analyse scientifique exige que ces documents soient examinés historiquement. Des analyses historiques ne doivent pas être conçues pour montrer ou prouver que tel ou tel document n’appartient pas à V.I. Lénine. Plutôt le fardeau de la preuve doit être dans l’autre direction – l’analyse doit prouver que ces lettres appartiennent bel et bien en effet au corps des oeuvres tombant sous l’autorité de V.I. Lénine.

Cet auteur a étudié les documents et toutes les archives disponibles possibles de tous les matériels et cela l’a amené à la conclusion suivante. En parlant concrètement, la logique suivante dans les analyses “du prétendu Testament” s’applique: Vous pouvez diviser les documents en deux parties:

(1) La paternité de Lénine qui complètement et sans aucun problème, est démontrée par des méthodes différentes, et

(2) La paternité de Lénine qui ne peut pas être prouvée par aucun moyen scientifique.

À cet égard nous devons déclarer catégoriquement qu’aucun des textes de Lénine dans leur forme incontestable et originale, n’ont de pensée ou d”expression anti-Staline. Cependant, c’est exactement l’opposé, dans cette partie du litigieux “ Testament” de V.I. Lénine (c’est-à-dire celle que nous soutenons ne pas appartenir à la main de Lénine), qui est pleine d’anti-stalinisme et est politiquement motivée à cette fin.

Le Testament

En réalité, la partie “du Testament” de Lénine est basée sur les articles suivants:

Ces articles ont été rendus publics et publiés au commencement de janvier à mars 1923. De plus sa dictée: “la Lettre au Congrès”, a été faite les 26-29 décembre 1922 et traite de la réorganisation du CC et du rythme des inspections des ouvriers et des paysans ainsi des tâches du Gosplan.

Finalement un article: “A propos de la Coopération”, est daté du 4-6 janvier 1923.

Tous ces documents ne sont pas signés par Lénine. Mais le texte, le travail sur eux (ou sur leurs phases individuelles) sont fixés dans les documents par le secrétariat de Lénine, pendant leur travail sur eux. Les dates sont aussi fixées dans les documents du Politburo. Tout cela confirme leur authenticité. Autrement dit, cela signifie, que quand V. I. Lénine travaillait sur ces documents, ou après qu’ils aient été terminés, il était toujours capable de surveiller leur achèvement, et qu’il y avait une indication facile à suivre. Pour conclure, ces documents concordent à plusieurs endroits et sont confirmés par les documents que V.I. Lénine a reçus après leur achèvement par le secrétariat. Lénine les a reçus pour leur donner son acceptation finale, ou il les a employés comme référence, alors la discussion se déroulait toujours à l’intérieur du Comité Central du parti. Ces documents internes ne sont pas contradictoires, ou ne montrent pas des attitudes antagoniques de personnes à l’égard de d’autres personnes dans la direction. Il y a des idées développées dans ces documents, mais il n’y aucun écart principal par rapport aux buts des autres documents. Finalement, ils ne sont pas en opposition avec d’autres recommandations faites par V. I. Lénine. Il peut être dit qu’il y a de la cohérence dans et entre ces documents.

Attaque Contre Staline

Le deuxième groupe de documents – où les parties qui ne sont pas de Lénine peuvent être retracées dans “le Testament de Lénine”, présentent absolument un autre problème. Ces problèmes peuvent être résumés comme suit:

(1) Nous voyons une note caractéristique, qui se lit comme une “dictée par V.I. Lénine”. Cela arrive les 24-25 décembre 1922 et le 4 janvier 1923. C’est dans ceux-ci, que nous trouvons la base pour une attaque contre J. V. Staline. Staline était bien sûr, dans la réalité, le lieutenant de V.I. Lénine et un dirigeant du parti.

(2) Apparaît là un prétendu article “A propos de la question des nationalités ou de l’autonomie”.

(3) Soutenant supposément que, c’est une lettre politique, “dictée” les 5-6 mars 1923 (à Trotski, Mdivani, Makharadze) avec une déclaration de solidarité avec eux.

(4) Supposément la lettre-article à Staline sur “une menace pour cesser les relations personnelles” entre Lénine et Staline.

Tout ceci nous montre que Lénine lui-même n’était pas l’auteur et qu’il n’y a aucun témoin de l’extérieur que Lénine ait écrit cette lettre! Mais, néanmoins le lecteur peut demander où nous obtenons cette information sur ce document? Notre analyse est confirmée par:

(1) Le prétendu “journal quotidien des secrétaires de V. I. Lénine” et,

(2) Les personnes qui ont livré ces documents au Comité Central du PCUS.

Examinons ces deux points en détail. Le journal du Secrétariat est le plus remarquable et, jusqu’à maintenant, n”a jamais été un document mis en question. Et il n’a jamais été examiné dans le détail scientifique et historique. En réalité il était inutile de faire ainsi, puisque c’est maintenant connu et accepté, que ce journal après le 18 décembre 1922 n’est plus considéré comme un document du travail quotidien du Secrétariat de Lénine. C’est parce que c’est le travail de nouveaux auteurs, avec le but de prendre des dispositions pour des changements à être mis en oeuvre, si c’était possible sur un thème théorique et politique, par des auteurs qui a ce temps-là étaient bien cachés. En parlant avec réalisme, c’est un document fabriqué, faux.

Regardez-le vous-mêmes. Le commencement de la maladie de Lénine les 18-22 décembre 1922, a vu Lénine partir de l’étape centrale de son travail. Malheureusement, pendant ce temps-là son Secrétariat a pratiquement cessé de fonctionner et les journaux quotidiens ne sont pas enregistrés. Les plans sont remis. Mais quand ces journaux sont de nouveau commencés, nous recevons des “versions” complètement nouvelles de ce qu’on a supposé que Lénine a dicté. Il y a des pages entières qui sont vides dans les journaux, les notations y sont placées seulement irrégulièrement. Entre des pages où il y a quelques notations, il y a des pages vides pendant cette période. Cela a en effet donné aux initiateurs du Testament l’occasion de remplir les pages qui étaient vides.

Miracles Chronologiques

C”est confirmé par le temps suivant ou par l’analyse chronologique, qui essayera de montrer que L. A. Fotieva (une des secrétaires rédactrices) doit faire une notation pour le 28 décembre 1922 et les 4-9-19-24 janvier 1923. M.V. Volodicheva a promis de remplir ces dates pour le 26 décembre et le 17 mars.

Mais ce n’est pas tout, quelque chose se produit soit dans le calendrier du journal, ou dans celui du Secrétariat, amené par Fotieva ou Volodicheva. Une drôle de séquence de dates s’ensuivit. Après le 30 janvier il y avait une notation, marquée le 26 janvier, ensuite une notation du 30 janvier de nouveau. Il semble que la notation sur le 24 n’est pas plus mauvaise que la notation sur le 31. La notation finale, pour la troisième fois, était aussi le 30 janvier 1922. Les notations de février étaient aussi mauvaises que celles de janvier: le 10 février, dans le journal les secrétaires ont écrit une notation le matin du 7, après cela, le matin du 9, ensuite une notation pendant la soirée du 7, après cela une notation pendant le matin du 9 et ensuite dans la soirée du 7. Mais le matin du 9, elle ont décidé de s’égarer et d’apparaître encore en février pour la deuxième fois. La fin de ce saut dans les notations du journal arrive le 9 février.

Cela montre alors très succinctement que toutes ces dates étaient manipulées et que devant nous, ce n’est pas le document que ces ennemis essayent de nous présenter comme l’original. Des analyses scientifiques nous montrent qu’après le 18 décembre dans les écritures dans le journal quotidien, que la femme de J.V. Satine, N.S. Allieueva, n’écrivait plus dans le journal quotidien, comme faisant partie du Secrétariat de V.I. Lénine, bien qu’elle ait continué à travailler dans le Secrétariat dans ses autres tâches.

Dans le journal apparaissent alors des insertions, aux pages pour le 23 et 24 décembre, et les 17 et 30 janvier. Cela montre qu’il y avait des compléments après que le journal a été rempli. Tout ces styles inégaux insérés dans le journal sont expliqués sur la base que le travail sur cela n’était pas fini. Quelque chose semble avoir empêché ce journal d’être finalement conçu selon sa conception logique.

À côté du journal des secrétaires, il existe les écritures quotidiennes des médecins qui s’occupaient de V.I. Lénine. Entre les journaux des secrétaires et les documents écrits par les médecins, nous trouvons beaucoup de différences quant aux détails des dates et d’autres notations.

Par exemple, les secrétaires dans le journal sont silencieuses concernant le travail de V.I. Lénine, tandis que les médecins ont écrit: les 25, 29, 31, décembre, les 1-4, 10, 13 16-27 janvier, ensuite en février les 18, 20, 25-27, ensuite en mars les 2 et 3. Cela s’élève à 20 jours de différences entre les notations des médecins et le vide complet des notations par les secrétaires.

Il y a un exemple dans la direction opposée aussi, quand V.I. Lénine n’a pas travaillé avec les secrétaires, tandis qu’encore une fois - les secrétaires nous le disent. Elles avaient pris des dictées de V.I. Lénine les 24-26 janvier, les 3, 9, 10, 12, 14 février c’est 8 autres jours qui est en désaccord avec d’autres notations par les médecins. Imaginez juste, un journal qui est un rapport quotidien d’événements où 28 jours sur 72 jours ne coïncident pas ou sont complètement l’opposé!

C”est très intéressant ce qui arrivait pendant ces dates douteuses, quand le travail a été censément fait par les secrétaires. C’est dans ce temps là que l’information sur le testament de Lénine et sa critique contre J. V. Staline apparaît sur la question de la formation d’un État national - qui a tout les éléments essentiels d’une bombe qui est posée contre Staline.

Il s’ensuit que c’est cette information, qui est “insérée” dans le journal, qui devient la base supposée de la thèse de la paternité de Lénine de cet “article”, de “Sur la question des nationalités ou de l’autonomie” et des lettres du 5-6 mars 1923.

Le travail de Trotski

La situation ne peut être sauvée par les divers mémoires de Trotski et des secrétaires de V.I. Lénine, Fotieva, Volodicheva, Glyasser. Tous ces mémoires essaient de donner l’autorité et la foi que ces documents sont en effet écrits par V.I. Lénine. Tous essayent de montrer les bases historiques et réelles de ces documents.

Mais la comparaison de ces documents secondaires eux-mêmes, montre clairement tant de contradictions sérieuses – dans les documents et les écritures des médecins, des contradictions parmi eux, que leur information ne peut pas être acceptée comme véridique et ne peut pas alors aider à établir la paternité de V.I. Lénine sur ces documents et sur ce texte. La logique simple ne nous aide pas à être convaincu – il reste seulement pour nous à croire leurs mots. Mais c’est seulement agréable pour ceux qui veulent être dupés.

L’histoire de la publication de ces documents et leur utilisation dans les luttes politiques n’a aucun rapport avec le traitement en tant que dernier testament, donné par V.I. Lénine au parti par le chef du CC du parti, du Politburo et des camarades les plus proches dans la lutte.

En premier lieu, un tel appel secret n’était pas dans l’esprit de V.I. Lénine, il n’a pas suivi sa méthode politique de travail.

Deuxièmement, ces documents écrits n’ont pas été dictés en temps normal, parce que V.I. Lénine avait l’occasion suffisante de faire ouvertement appel au parti avec n’importe quelles suggestions qu’il considérait opportunes et nécessaires. Il n’y avait aucun “ régime de prison “, qui ait été censément fondé par J.V. Staline lorsque V.I. Lénine était vivant. La présence dans le CC du PCUS et le Politburo de groupements politiques différents et la lutte entre eux, garantit la défaite de n’importe quelle tentative de cacher les documents de Lénine.

Troisièmement, cela aurait été illogique de remettre n’importe quelle décision sur n’importe quelles questions, desquelles la vie du parti dépendait, ou l’avenir de la révolution - à quelque temps futur de décision, à un Congrès du parti. Il était incertain quand après la mort prochaine de V.I. Lénine qu’une telle réunion reportée serait tenue, puisqu’il n’était pas aussi certain quand Lénine, qui était malade d’une façon critique, décéderait.

Tous ces exemples montrent que les documents n’étaient pas véritables. Mais réfléchissons qui étaient les auteurs “du Testament”? Qui pouvait en tirer profit? Les auteurs de cette légende du “Testament de Lénine” sont – Trotski, Fotieva, Zinoviev, Boukharine. Ils “ont inséré” ces textes dans l’arène politique longtemps avant la mort réelle de V.I. Lénine. Ils ont attendu jusqu’au temps où Lénine ne soit plus capable d’écrire, de dicter ou de lire les textes, ils ont écrit ces documents en tant que méthode politique de lutte contre J.V. Staline. Trotski, avec l’aide d’une des secrétaires, Fotieva, a composé le soi-disant “article”, “ Sur la question des nationalités ou de l’autonomie’. Pendant qu’ils ont fait cela, ils ont ouvertement déclaré qu’ils n’avaient pas reçu de directives, mais que c’était basé sur la demande de V.I. Lénine et qu’ils n’avaient pas su quand cela a été fait.

Mais cette manœuvre par ces éléments n’a pas réussie, parce que l’État de l’URSS a été proclamé au XIIème Congrès du parti. À ce Congrès ils ont essayé, se basant sur “le texte de Lénine”, de démembrer l’URSS dont la création venait juste d’être entérinée par le Congrès.

Malgré leurs efforts, ces éléments n’étaient pas capables de dissoudre l”URSS nouvellement formée. Le combat contre eux a été mené par J.V. Staline. C’est exactement pendant ce temps de débat sur l’URSS que “l’article” censément écrit par V.I. Lénine a été distribué par Trotski et a été donné au Secrétariat de V.I. Lénine pour être enregistré dans “le journal”!

Après le Congrès, la lutte intense menée par Trotski contre J.V. Staline est entrée dans une nouvelle phase. À la fin de mai 1923, Krupskaya (la femme de V.I. Lénine - le rédacteur) donne à Zinoviev le texte d’un “matériel dicté” du 24-25 décembre 1922 qui est une partie des “caractéristiques des personnes dans le CC”. Elle ne le donne pas au Secrétariat du CC, comme il se doit, pas dans les mains du Politburo, mais seulement à un de ses membres, qui lui-même aspire à diriger le pays.

Aussi, Zinoviev était très amer et jaloux de la croissance de l’autorité et du prestige de J. V. Staline. Zinoviev informa alors les membres et les candidats membres du Politburo et le Présidium de la Commission du Contrôle Central. Sur le désir apparemment exprimé de V.I. Lénine quant à ce matériel dicté, que cette lettre était pour le Congrès, Krupskaya ne l’a même pas mentionnée ou ne l’a pas donné à temps pour le Congrès. Elle a dit que “ce document devait être donné seulement au Comité Central”.

La légende de cette lettre réapparaît fréquemment et a eu des répercussions sérieuses. Cette lettre est née pendant les luttes internes dans le parti. Deux mois plus tard Zinoviev et Boukharine ont informé J.V. Staline, Secrétaire général du PCUS, élu par le dernier Congrès, de l’existence de cette “lettre” (c’est-à-dire “ la lettre dictée “ le 4 janvier 1923). C’était, pendant les manoeuvres de Zinoviev et Boukharine destinées à mettre le travail de Staline sous la direction du parti. qui était sous leur propre contrôle avec Trotski.

Ils ont essayé d’utiliser l’autorité de V.I. Lénine. Ces lettres “dites dictées” sont devenues le véhicule pour dépouiller Staline de son autorité, puis qu’eux-mêmes n’avaient pas assez d’autorité personnelle pour remplacer J.V. Staline. Les ennemis internes avaient réuni la force pour défier Staline, en se basant eux-mêmes seulement sur les lettres supposément dictées de V.I. Lénine.

Mécanisme de la contrefaçon

L’histoire de ces documents et de leur publication, ne donne pas aucun exemple concret quant à la paternité de ces documents par V.I. Lénine. Aussi l’argumentation contre cette paternité, est le style de cette composition et d”autres particularités. Le contenu et les caractéristiques, comme par préméditation, se sont “obscurcis” avec le temps. Obscurcis, à tel point, que des arguments au sujet de son contenu, sont discutés même aujourd”hui.

La première réponse, par Tomski, comme un exemple, était ceci:

“D’un large public personne ici ne comprendra ce que cela signifie.”

Dans le texte, nous ne pouvons constater aucun fait pour montrer qu’il a été composé et dicté par V. I. Lénine. Mais il y a quelque lumière dans les eaux troublées de ce texte. Dans toute la non véracité et des pensées non compréhensibles, que l’auteur de ce texte essait de transmettre, vous ne pouvez pas douter ce que l’auteur a censé dire.

Débarrassez-vous de J.V. Staline comme Secrétaire général du Comité Central.

La même chose peut être dite des lettres du 5-6 mars. Il n’y a aucune signature par V.I. Lénine, et il n’y a aucun enregistrement de cette lettre dans les fichiers du Secrétariat. On peut expliquer cela. Nous devons comprendre pourquoi ces “lettres” n”ont pas été utilisées par Trotski, Mdivani et d”autres, au XIIème Congrès du parti, dans la lutte contre J.V. Staline sur la question de la construction d’un État national.

La lutte était féroce et les ennemis ont essayé d’utiliser entièrement l’autorité de V.I. Lénine et les documents. Mais on n’a donné entièrement ces documents au monde que beaucoup plus tard. Trotski commença à utiliser ces documents seulement à l’automne 1923. Ces lettres ont été rendues publiques seulement après la tentative échouée de se débarrasser de Staline en tant que Secrétaire général. Trotski a essayé de promouvoir l’idée qu’il y avait un bloc de compréhension et de coopération entre lui et V.I. Lénine contre J.V. Staline. L’abus et politique et psychologique allait à pleine vitesse. Mais Staline a résisté à cette attaque.

Les ennemis de l’URSS contre Lénine et Staline

La question de la supposée lettre de Lénine à Staline qu’il est prêt à cesser ses relations personnelles avec lui requiert plus d’étude. Nous devons indiquer ici que toute l’histoire des lettres dictées et de sa livraison supposée à J.V. Staline est très obscure et contradictoire. Laissons le lecteur faire ses propres analyses. Pour cela nous ferons référence au texte suivant: M.I. Ulyanova et M.V. Volodicheva (dans les Oeuvres Complètes de V.I. Lénine, le Volume 45, pagine 486; Izvestia CC le PCUS, 1989 No 12, pp. 198-199).

Volodicheva a déclaré qu’elle-même a écrit la lettre dictée. Mais, d’une façon ou d’une autre ce document est dans deux copies différentes, deux différentes versions; l’une a été écrite et signée par J.V. Staline (ou quelqu’un d’autre a-t-il signé?), l’autre (peut-être par Volodicheva), qui du début à la fin, porte les changements qui la rendent méconnaissable. Et comment se fait-il que cette seconde version est aussi signée? Pourquoi se trouvent là deux réponses de Staline? Pourquoi J.V. Staline écrit deux versions d’une lettre à V.I. Lénine sur la question de la critique supposée de Lénine contre Staline? Et pourquoi que pas même une de ces réponses par J.V. Staline n’ait jamais atteint les mains de V.I. Lénine? La période entre la réponse de Staline (le 7 mars) et l”incapacité physique de V.I. Lénine pour fonctionner normalement (le 10 mars), aurait permis assez de temps pour livrer une réponse d’un bureau à l’autre.

L’article sur la question des nationalités est incroyable, sur plusieurs points. Non seulement la situation politique de ce temps-là était complètement inattendue par V.I. Lénine; il n’est pas possible d’attribuer la russophobie à V.I. Lénine; mais aussi sa formulation fait qu’il est impossible de reconnaître Lénine.

Comme exemple: “J’ai déjà écrit dans mes textes sur la question nationale.” Et de nouveau: l’auteur suggère d’attendre, quand l’appareil du gouvernement deviendra le nôtre. Lénine n’a pas avancé de tels problèmes en décembre 1922.

Si nous devons suivre ce “raisonnement”, non seulement l’URSS n’aurait pas existée, mais la République Soviétique Caucasienne ne se serait pas formée. Mais V.I. Lénine s”est battu pour former cette République, contre Mdivani et ses partisans. À part de cela, il s’ensuit donc que même la République Socialiste Fédérative Soviétique de Russie, n’aurait pas été formée, puisque l’appareil n’était pas encore “le nôtre”!

L’auteur combine la réalisation du droit des nations des républiques de se séparer de l’URSS, comme étant garantit selon la Constitution, ensemble avec la question de la qualité de l’appareil du gouvernement de l’État!

Mais, “l’appareil du gouvernement” n’est pas l’entité légale pour donner ce droit. Ce sont les députés des peuples qui sont dans le Soviet Suprême de l’URSS – l’appareil du gouvernement étant juste le serviteur et l’expéditeur des décisions. Lénine savait parfaitement, quant à qui et où et comment cette question sera décidée. Elle serait décidée seulement dans le système de la dictature du prolétariat, qu’il a formé et renforcé.

L’argument proposé dans “les lettres”, n’est pas tiré de l’arsenal de V.I. Lénine. Ces sortes d’arguments nous les trouvons seulement dans les querelles internes des séparatistes nationaux. Pour conclure, apporter la question “de l’autonomie”, après que la question de l’URSS ait été décidée, n’était pas la proposition de V.I. Lénine, ni de ses principes. Cela aurait été censé retourner à une question, qui avait été rejetée il y a longtemps.

À la fin de 1922, personne n’a même parlé de cette question de la formation de l”URSS sur la base de l’autonomie. C”est pourquoi chacun a parlé contre la question de l’autonomie, qui aurait signifié en effet la liquidation de la République Socialiste Fédérative Soviétique Russe. Où est la question de Lénine à cet égard? L”auteur de cet “ article de Lénine “, doit être recherché parmi les ennemis de l’unité des Républiques Soviétiques et de la fédération.

Lénine n’a pas appartenu à ces éléments - ces ennemis de l’unité des Républiques Soviétiques. Dans ce camp il y avait trois blocs distincts sous l’influence de Mdivani, Svanidze et Rakovski. L’identité de l’auteur de cet article doit être examinée, mais il y a les faits qui suggèrent que son auteur n’était nul autre alors que Trotski. V.I. Lénine ne pouvait pas avoir été cet auteur. Malheureusement, il n’y a aucune preuve solide encore quant à son auteur, mais les faits suggèrent que l’auteur ne pouvait pas être un autre que Trotski.

Lénine Pour Staline, Trotski Contre

L’analyse des pensées politiques de ce “faux testament” montre qu’il ne représente pas avec réalisme la lutte politique couvant alors au Comité Central du parti, dans laquelle V.I. Lénine a joué le rôle théorique principal. La réalité politique est que J.V. Staline ne s”est pas nommé en tant que Secrétaire général. Mais c’était V.I. Lénine, cherchant quelqu’un qui le remplacerait, qui au XIème Congrès du parti a fait tous ses efforts pour s”assurer que J. V. Staline deviendrait le Secrétaire général.

V.I. Lénine n’a pas alors envoyé de documents, ni de lettres ou des propositions, disant que Staline n’était pas capable de devenir le Secrétaire général. Lénine n’a jamais employé un tel langage dans aucun de ses discours, de ses conseils ou de ses commentaires. “Le Testament” de Lénine ne reflète aucunement cela. Jugez par vous-même.

Lénine a vu dans notre révolution une bonne perspective, tandis que Trotski a juste continué à répéter le besoin d’une révolution permanente (janvier et novembre 1922). Lénine faisait la promotion d’une fusion éventuelle du parti et du gouvernement, tandis que Trotski était contre cela, proposant son raccourcissement. Lénine était pour la réorganisation de l”Inspection des Ouvriers et des Paysans, tandis que Trotski était pour sa liquidation. Lénine était pour l’épanouissement du Gosplan étant que commission des experts, Trotski était pour qu’il devienne une planification en vigueur etc. etc.

Dans cette situation, il est peu probable que V.I. Lénine ait écrit une attaque personnelle contre Staline, son allié politique le plus proche et ait fait la proposition que le poste le plus haut doive aller à son adversaire enragé Trotski? Nous ne pouvons pas adopter du tout ce point de vue. Une compréhension réaliste du “Testament” de Lénine est différente. Il donne dans les mains des alliés de Lénine, des munitions pour les nouvelles luttes contre Trotski dans les questions sérieuses de la révolution socialiste.

Venons-en à une conclusion.

Nous avons une base pour déclarer que Lénine n’était pas l’auteur de ces articles, de ces lettres ou autres documents. Ce fait a besoin de corrections historiques afin que l’on nettoie les enseignements de Lénine de ces falsifications. Nous devons comprendre le Testament de Lénine, dans le contexte de la vie politique de ce temps-là, dans les luttes politiques qui ont été faites par V.I. Lénine en 1921 – 1922 contre Trotski. Cette lutte a été faite par Lénine avec Staline comme son allié loyal, qui a promu et suivi la ligne de lutte de Lénine, qui après la mort de Lénine a entrepris sur ses épaules le fardeau lourd de continuer la lutte avec Trotski. La partie fabriquée “du Testament” pourrait seulement être comprise dans un contexte beaucoup plus large, c’est-à-dire dans le contexte de la lutte à l’intérieur du CC du parti contre Trotski et son groupe. Mais cette lutte, qui était anti-léniniste, nourrie et promue par Zinoviev, a été combiné avec une lutte contre Staline. Objectivement, le plan entier de ces deux groupements était de distancier Staline hors de la direction avec l’aide de l”autorité de V.I. Lénine et de changer le cours politique du Parti Communiste Russe (B).

Nous devons être très conscients que la base de la lutte pour la direction était un combat historique pour la question principale de la révolution socialiste. L’espace ne permet pas de pousser la discussion plus loin ici, Nous pouvons juste exposer, que dans “les archives de Trotski”, après “la lettre” de Lénine sur les caractéristiques de Staline, la copie inclut un amendement dans la propre écriture de Trotski qui déclare: “J’ai édité ma copie. L. Trotski”.

La contrefaçon continue

Les mythes qui étaient promus sur la base des derniers articles et des lettres de V.I. Lénine, n’ont pas cessé même plusieurs années après la mort de V.I. Lénine. Leurs propres compléments et interprétations dans ce bourbier furent donnés par Khrouchtchev et Gorbatchev. Les parties des lettres de Lénine ont été employées pour combler un besoin des ennemis contemporains présents. Ils ont été principalement employés dans un caractère anti-Staline. Par exemple, dans la lettre du 23 décembre, il y a une phrase “Je voudrais partager cela avec Vous...” Dans la publication par ces contemporains, il est écrit alors « avec vous » donnant ainsi une nouvelle signification complète à ce que Lénine a déclaré. Lénine l”a exposé au Congrès du Parti, lui donnant le titre “Vous”, qu”il a mérité. Ceci était par opposition “à vous” qui est adressé à chacun, comme opposé à une entité élue par le peuple. Cette lettre est même enregistrée dans le secrétariat de Lénine comme une lettre à J.V. Staline pour le Congrès. Mais, ceci confirme encore plus son essence, quand adressé avec “Vous”. Mais Nikita Khrouchtchev a décidé que pour lui, il serait plus avantageux d’ouvrir la critique de Staline. Dans la phrase: “il a une influence énorme sur tous “ les cours du parti” – le mot cours a été changé par le mot “code de loi.” Cela falsifie non seulement les mots de V.I. Lénine, mais laisse la phrase sans aucune signification réelle. Combien de cours peuvent être là dans le parti et quelle sorte de cours sont-ils?

Dans le lexique politique de V.I. Lénine dans les dernières années, les choses sont claires. Dans le mot “cours”, il avait en tête des opposants différents, essayant toujours de critiquer le parti et de changer son cours. Parmi ces “juges”, il y avait en premier lieu Trotski et sa compagnie. C’est avec ces “juges”, que Lénine a mené une lutte amère comme l’a fait aussi J.V. Staline, à qui cette lettre a été écrite, l’ami et l’aide principal de V.I. Lénine. Ce sont ces “juges”, qui ont été appelés à cet égard “des critiques” et “nos Suhanovites”, déclare Lénine dans ce qu”il dicta le 26 décembre et aussi dans l’article “A propos de notre révolution” (V.I. Lénine, Volume 45, pages 347, 383, 385.) La phrase: “Notre parti doit exiger du prolétariat 50 à 100 membres pour le CC”, a été changé: “... notre parti a le droit.” Lénine a déclaré que le CC exige de 50 à 100 nouveaux membres au Comité Central agrandi, tandis que les falsificateurs disent le parti demande. “ Une telle fabrication était nécessaire, afin que la lettre à J.V. Staline soit considérée comme une lettre au Congrès du parti, au lieu de l’échange d’idées entre Lénine et Staline.

Dans l’article par V.I. Lénine “Comment devons nous réorganiser le Rabkrin?”, qui a été falsifié par les ennemis, l’article déclare: “qu’aucune autorité, ni du Secrétaire général, ou d’aucun autre membre du CC ne peut se mêler au travail de la Commission Centrale du Contrôle, ou a le droit de formuler à la Commission de Contrôle n’importe quelles questions quant à son travail...” (Lénine, des Oeuvres Complètes (en russe), le Volume 4, (sic) p, 387), le fait de nommer le Secrétaire général doit être compris et employé contre J.V. Staline. Selon les archives (comme écrit dans la Pravda, le 25 janvier 1923) les mots tels que le Secrétaire général ne se trouvent nulle part. L’expression qui, a été employée était “Aucune autorité ne pourrait être employée...” C”est une falsification ouverte, pour essayer de démontrer que c’est “un document” au sujet de la critique par Lénine de Staline, falsifiant ainsi toute la compréhension du testament.

Provocation idéologique

On sait maintenant quelle signification fut donnée à l’article “ A propos de la Coopération” pendant la période de la perestroïka. Par cet article rédigé par Lénine, les révisionnistes ont essayé d’éliminer tout le reste écrit par V.I. Lénine. Sous ce slogan, ils ont déclaré qu’il était nécessaire de réévaluer tous les aspects du socialisme. Bien qu’il n’y ait absolument aucun mot de cette sorte dans V.I. Lénine, ils ont néanmoins essayé d’utiliser cela selon l’idéologie de la “perestroïka”. C’est une question de falsification complète. Dans les écritures de Lénine il n’y a pas un mot ou article “de la Coopération”, mais il y a une première et deuxième “édition” de cet article. Lénine, pendant qu’il travaillait sur cet article, n’était pas satisfait encore avec son écriture et quelque chose dans sa tête a pensé qu’il pourrait être expliqué beaucoup plus clairement. C’est confirmé par ses notes marginales à son texte, qui était bien connu par ces ennemis, informés que Lénine travaillait sur des questions importantes. Lénine a écrit dans ses notes marginales:

“Pas une variation ne me plaît, parce que certaines d’entre elles contiennent des formes qui ont besoin d’une nouvelle élaboration d’un point de vue idéologique et tout les deux ont besoin dans une certaine mesure de quelque correction”.

Cette note marginale a été datée le 7 janvier 1923. Bien sûr cette notation ne formule pas le texte entier. Nous devons essayer de figurer à propos de quoi Lénine était mécontent dans son travail sur ce document important.

De Boukharine à Khrouchtchev, et à Gorbatchev

L”article “ A propos de la Coopération”, est la pensée suprême et est tombé entre les mains de Boukharine. De Khrouchtchev ce “document” est allé chez Gorbatchev et ici devant nos yeux, il y a cette bombe idéologique, masquée comme si V.I. Lénine en était l’auteur final. Il a été étendu et employé comme une déformation de l’intérieur par Khrouchtchev quand il a commencé à démembrer l’État socialiste. Cela a été rendu possible parce que ce subterfuge menteur avait eu un effet politique important dans les coulisses. À l’époque de Boukharine cela a été employé pour les koulaks, pour les sauver en tant que classe. Dans le temps de Khrouchtchev – cela a été employé en tant que véhicule pour critiquer la thèse de Staline, qu’à l’époque de l’encerclement capitaliste les succès du socialisme seront de plus en plus considérables, tandis que les restes des classes exploiteuses dispersées “essaieront par tous les moyens à leur disposition de renverser l’État socialiste, ils saboteront de plus en plus l’État Soviétique, comme derniers moyens de sauver leur position de classe privilégiée”.

La critique de ce texte a aidé Khrouchtchev à ouvrir une campagne contre Staline. Pendant le règne de Gorbatchev il a été utilisé pour que les peuples ne croient plus à la route idéologique de la construction du socialisme en URSS, à propos de la voie non socialiste et pour accommoder le capitalisme en URSS, concernant le besoin de briser l’emprise socialiste sur le pays, que nous aurions perdu d’une façon ou d’une autre et que c’est inutile d’essayer d’améliorer le socialisme, qu’il n’y a rien à gagner de ça et que rien n’est plus nécessaire que notre histoire...

De toute façon, le lecteur sait parfaitement bien ce qu’il y avait et comment c’était et ce qui en est sorti.

Traduit de l’anglais par le Dr Adélard Paquin.

Cliquez ici pour retourner au Amis Québécois