Manuscrit dactylographié du discours fait par la délégation de l'Organisation pour la Construction du Parti Prolétaire d'Italie au séminaire "Staline Aujourd'hui" tenu à Moscou le 4-6 novembre 1994.

Staline Aujourd'hui

Camarades,

L'histoire suit son cours, effaçant implacablement de la mémoire ou marquant avec l'infamie tout qui gêne le progrès humain. Cependant, il y a des événements et des personnalités qui se détachent comme des géants dans l'histoire bien que les forces sombres de réaction aient essayé de les effacer de notre conscience collective sous un barrage de mensonge.

Avec le temps, les travaux de Staline et ses pensées ont gagné l'estime des Spartacistes et de la Commune de Paris et peuvent être correctement placés à côté de ceux d'autres penseurs et des révolutionnaires comme Robespierre, Marx et Lénine.

Tous les nuages de la tempête révolutionnaire doivent nous rappeler l'enseignement et les pratiques de Staline. Tous les travaux de Staline, sans exception, sont une source inestimable dont les communistes, les révolutionnaires et les patriotes doivent tirer exemple.

Il n'y a aucun domaine des sciences sociales auquel Staline n'a pas contribué, auquel il n'a pas rigoureusement et scientifiquement appliqué le Marxisme-Léninisme avec des résultats énormément couronnés de succès.

Une étude des travaux de Staline confirme son statut comme théoricien classique du Marxisme, appliquant le Marxisme pendant des décennies tout au long de la route alors non découverte conduisant au socialisme et au communisme.

La tâche, laissée par Lénine, était si énorme que seulement un homme aux capacités exceptionnelles et une volonté à toute épreuce pouvait réussir. Staline était cet homme. Il a représenté la bannière des prolétaires dans le monde entier et a montré qu'un nouveau monde courageux pouvait être construit. Il était la bête noire des capitalistes et des opportunistes. Pour la bourgeoisie et "les révolutionnaires" petit-bourgeois, leurs attaques sur Staline et leurs mensonges sont une partie intégrante de leur combat actuel contre le socialisme et le communisme. Dans la philosophie, dans l'économie, dans la politique, dans la linguistique, dans les sciences militaires, dans la diplomatie, dans les questions de stratégie et tactique, dans l'organisation du parti, des syndicats, de l’état, Staline a été le Grand leader incontesté du Mouvement Communiste. Il était le principal constructeur et le conseiller sans égal du Communisme International. Grâce à son rôle le Mouvement est devenu une force mondiale, présent dans chaque coin de la terre, valable idéologiquement, monolithique dans son aspiration et inspiré par le plus élevé des idéaux

Au nom du Staline, des millions d'hommes ont fait des sacrifices de toute nature et ont même sacrifié leurs vies. Staline a incarné ce qu’il y avait de mieux et de plus noble en nous, communistes.

Avec Staline, comme l chef du Parti communiste Soviétique, les forces du socialisme ont défait les forces impérialistes du fascisme Nazi dans la Grande Guerre Patriotique. Ainsi, il a créé les conditions pour la formation du Bloc Communiste et l'écroulement du vieux colonialisme dans le monde entier. Ce sont les faits. C'est la vérité que l'histoire nous enseigne.

Camarades,

Les travaux d Staline sont très appropriés aujourd'hui. Cependant, dans cette période de malaise général, de revisonisme moderne Titoiste-Kruschéviste, y-a-t-il des impacts de la pensée stalinienne qui pourraient être explorés plus profondément? Y a-t-il des aspects qui pourraient aider à expliquer la défaite provisoire du Mouvement Communiste?

Nous, marxistes-léninistes italiens, proposons quelques aspects à ce groupe, sachant bien que personne ne connaît l'histoire Soviétique et les travaux de Staline aussi bien que nos camarades Soviétiques. Comme on le sait, le combat contre le revisionisme marque l'histoire entière de notre Mouvement, à partir de Karl Marx.. Cependant, c'est avec la mort de Staline et l'apparition du Kruschévisme que la lutte s’engage contre un type moderne de revisionisme, fermement placé à la tête du pouvoir. Un révisionnisme qui a vu sa naissance en Yougoslavie Titoiste. (Voir la contribution historique du camarade Enver Hoxha à la Conférence de Moscou en 1960, prévoyant ce danger.) Trente ans ont passé depuis la Conférence de Moscou et pendant cette période le Mouvement International marxiste - léniniste a défendu et a construit des théories révolutionnaires et la pratique et mène aujourd'hui des batailles de classe importantes à travers le globe. Ils ont été les années de lutte dure et complexe, une lutte qui a empêché la victoire complète du revisionisme. C'est pendant ces années que la théorie marxiste-léniniste s'est développée en ce qui concerne son analyse du revisionisme, particulièrement en référence aux nouvelles formes de revisionisme des premiers pays pour construire le socialisme.

Notre conclusion est que cette histoire montre que Staline avait apporté à l'attention du Parti la question liée à la restauration du capitalisme en Union soviétique.

Les points les plus importants de notre conclusion sont ceux-ci :

- Pour un pays qui construit une société socialiste, les contradictions entre lui et l'impérialisme n'est pas simplement secondaire et externe, mais est dépendante des contradictions et de la lutte entre le prolétariat et la bourgeoisie, la lutte sur laquelle la victoire finale dépend. Ces contradictions sont reflétées dans une société socialiste et s'expriment dans leur forme la plus haute et la plus pure dans le corps à corps politique dans les rangs de la direction du Parti.

-La lutte des classes continue dans une société socialiste bien que les classes d'exploitation, au moins dans le sens économique, n’existent plus. Staline signale que la lutte idéologique n'est pas seulement une lutte culturelle, c'est-à-dire une lutte contre la psychologie bourgeoise, mais une lutte des classes, une lutte politique, une lutte concrète et aiguë qui confirme le principe Marxiste qui la pensée est une forme de la matière. Et c’est pour cette raison que le Mouvement International marxiste-léniniste affirme que le revisionisme au pouvoir, c’est la bourgeoisie au pouvoir.

- Staline met en évidence comment la révolution prolétarienne, introduisant la collectivisation des moyens de production, crée la forme d'une société socialiste, mais comment cette forme peut avoir un contenu non socialiste. Donc la question réelle à laquelle on doit répondre est celle-ci qui bénéfice de cette propriété. Staline a expliqué au Parti que la création de Sovhoses et Kolhoses pourrait devenir des châteaux de sable si la lutte des classes et intérieure et internationale, n'était pas placée au centre de la lutte pour le communisme.

- À la fin de sa vie, Staline a averti le Parti du danger d’une contre-révolution, comme, par exemple, dans sa polémique contre l'économiste Yaroshenko en 1952. " Les relations de production traînent derrière le développement des forces productives. Si les corps de direction poursuivent une politique correcte, il est possible d'empêcher ces contradictions de devenir antagonistes. Une fausse politique, d'autre part, mènerait inévitablement à un antagonisme et aux relations de production devenant un frein au développement des forces productives.

"Nous croyons que le Stalinisme est la forme la plus avancée du Marxisme-Léninisme, une base saine pour l'analyse, la compréhension et la défaite du revisionisme moderne. Le Stalinisme n'était pas le seul courant de pensée dans le Parti communiste Soviétique. Déjà, pendant les dernières années de la vie de Staline, des tendances de droite étaient gérées clairement pour influencer les hommes l'entourant. Il n'y a aucune autre explication de l'échec du Parti à réagir aux avertissements répétés de Staline de contre-révolution et à l'exposition limitée donnée à ses avertissements.

Juste un exemple: Internationalement, le rapport de Staline et son discours final au Plénum du Comité Central du Parti Soviétique en 1937 sont inconnus. Ces avertissements d’une importance fondamentale auraient dû être insérés dans ses oeuvres complètes "les Problèmes du Léninisme".

Camarades,

Vos contributions seront sans aucun doute liées plus spécifiquement avec d'autres questions comme celles touchant à la phase de transition de la société socialiste, les limitations de chaque révolution, le bureaucratisation de l'appareil, le rôle du marché, la division du travail manuel et intellectuel, la dictature du prolétariat et son marche vers le communisme et la contre-révolution. Naturellement, nous comme communistes, rejetons la théorie bourgeoise que le socialisme dans un pays est impossible, que le communisme peut être construit sans la direction du Parti, que l'URSS n'était pas un pays socialiste et d'autres sottises.

Nous condamnons les conclusions du XXme Congrès du Parti communiste Soviétique sur le rôle de l'état et du Parti, sur la voie pacifique au socialisme et sur la compétition pacifique et la coexistence pacifique, théories qui sont passées relativement inaperçues à cause de la controverse entourant la critique de Kruschev sur le culte staliniste de la personnalité et sur la démagogie générale concernant une plus grande démocratie etc.

La démocratie prolétarienne est exprimée par la dictature du prolétariat, par un parti marxiste - léniniste et par la direction de personnalités éminentes comme Lénine et le Staline. C'est l'étape la plus basse d'une forme supérieure politique qui est le communisme.

Camarades,

L'apparition du revisionisme en URSS a été une grande tragédie nationale et internationale qui est maintenant venue à sa fin naturelle. Par sa capitulation à l'impérialisme, la clique de Kruschev, Brejnev et Gorbatchev a montré sa vraie nature, qui est l'outil politique d'une nouvelle bourgeoisie qui s'est formée en ces dernières quelques décennies. L'écroulement de l'Union soviétique représente, et la défaite de cette nouvelle bourgeoisie par l'impérialisme international et une crise plus profonde du capitalisme mondial.

Cependant, c'est la tâche de nos camarades soviétiques par dessus tout d'analyser la restauration du capitalisme en Union soviétique plus profondément. Comprendre pourquoi et comment, après la mort de Staline, ses compagnons d’arme n'ont pas entièrement compris les dangers du Kruschevisme naissant? Pourquoi ont-ils permis la formation d'une classe de bureaucrates et de technocrates qui sont devenus le point d'appui du Kruschevisme? Pourquoi les relations de propriété, la distribution et l'échange des marchandises ont été totalement transformées? Nous les marxistes-léninistes savon que la transformation contre-révolutionnaire de la super-structure mène au changement de la base économique. Nous savons aussi que la nature de la propriété d'état est modifiée selon l'organisation socio-économique et la structure de classe de l'état. On devra expliquer comment la propriété collective en URSS a été transformée en propriété capitaliste privée avec un haut degré de concentration de production et de capital: comme l'affirmation des lois de l’économie capitaliste comme le bénéfice en URSS et la transformation des moyens de production en des matières premières vendables.

Nous devons nous poser aussi la question à savoir comment le travail a pu être paisiblement transformé en un produit, en décrivant en même temps la société soviétique comme une société socialiste et sachant tous trop bien (comme Lénine nous l'apprend) que quand les producteurs sont privés des moyens de production le système économique devient bourgeois. Les bureaucrates et des technocrates (la nouvelle bourgeoisie) avaient le droit de mettre à la porte des ouvriers, décider leurs niveaux de paie et pouvaient décider combien de bénéfice ils pouvaient s’accaparer. Les niveaux des prix étaient fixés par ces bureaucrates comme une fonction du rapport avec d'autres sociétés monopolistiques d'état.

La théorie marxiste - léniniste nous apprend que le capital n'est rien sans travail salarié, sans valeur, sans argent et sans prix. Marx, dans l'analyse de l'essence de la production capitaliste, a noté deux aspects spécifiques : le rapport entre les matières premières et l'argent et que le but fondamental de la production est la valeur en surplus. Maintenant, est-ce que ces deux choses essentiellement requises dans une économie capitaliste étaient à la base du mode Kruschev-Brejnev de production? Quel effet a provoqué les réformes économiques des dernières décennies? Pour répondre à la dernière question ces réformes ont signifié la liberté illimitée d'action pour les sociétés d'état dans la production, la distribution, l'accumulation et ont fixé l'investissement. On a donné des pouvoirs énormes aux managers dans la gestion des moyens de production et dans la distribution de produits, le but étant l'accumulation de profits.

Une société dont le but fondamental est le bénéfice peut-elle être classifié comme socialiste ? Les profits étaient divisés selon une pyramide sociale. Toutes les décisions concernant les investissements, l'emploi et la gestion stratégique ont été motivées par le bénéfice. La nouvelle bourgeoisie a assuré le bénéfice maximal avant tout par l’exploitation du prolétariat. Avec cela en mémoire, les termes capitalistes comme les bonus de production, les niveaux de bénéfice et des taux d'intérêt ont été réintroduits. Les lois de la compétition et l'anarchie de production étaient dominantes.

L’analyse des chiffres fournis par la presse officielle Soviétique dans les années 1970 et les années 80 était basée sur les concepts de niveaux de bénéfice et de la plus-value

Les niveaux de bénéfice en 1971 ont atteint 27.3 % et 36 % en 1976. Dans la période 1971-1976, les profits ont atteint 500 milliards de rouble, 1.5 fois ceux de 1966-70.

Le "Planovoje Hozjiastvo" le numéro 7, - 1976, p.124 a conclu que le capital privé avait atteint 90 milliards de gain de roubles rapportant un intérêt de 3-4 milliards de roubles par an. En même temps en 1975 le niveau d'exploitation du prolétariat Soviétique avait augmenté de 25 % de son niveau de 1960.Pendant la même période le chômage, le sous-emploi et le nombre de surabondance féminine a augmenté exponentiellement.

Les prolétaires, privés des moyens de production par les managers d'état, recevaient seulement un salaire capitaliste pour leur travail tandis que la partie restante de la valeur produite par leur travail devenait une plus-value, un profit pour les révisionnistes bourgeois. La bourgeoisie convertissait une grande partie de cette plus-value en capital correspondant en effet à une forme de capitalisme monopolistique d'état. Une autre partie de la valeur en surplus a été distribuée parmi les bureaucrates et les managers de cette nouvelle classe bourgeoise dans la forme de paiements de bonus et des avantages sociaux. Les salaires et les bonus de ces managers et de l'état et de l’élite du partie, par exemple, le KGB, les scientifiques, les officiers d'armée, étaient 15-20 fois celui des salaires des travaillants ordinaires.

Comme déjà mentionné ci-dessus, cette analyse, seulement abordée ici, devra être approfondie énormément par nos camarades soviétiques.

On devra aussi expliquer plusieurs autres faits. Par exemple, comment la croissance dans le système des Kolhozes n'a pas été reflétée par la croissance de la consommation du citoyen moyen Soviétique, et même, dans quelques cas, le niveau de consommation était à pein au-dessus du minimum vital.

La dégénération totale du socialisme dans un système capitaliste était due au manque de planification centralisée et de la gestion de l'économie (non pas à la rudesse de Staline etc. traducteur) à la place les compagnies d’état avaient l'autonomie complète et le système de rémunération des ouvriers était basé sur les niveaux de production. Le profit était à la base du système salarial.

La valeur de travail aussi dépendait du volume des ventes. Celles-ci dépendaient des niveaux de demande du marché n'importe quand. Ainsi, en effet, c'était le marché qui a déterminé les niveaux de production. En même temps, le niveau et le choix d'investissement ont été déterminés par le coefficient normatif d'investissement de capital, cela trop déterminé par les niveaux de bénéfice.

La formation des prix a été décentralisée et fixée par le marché. Partout en URSS, l'intérêt, comme un instrument du capitalisme, a été perçu sur le capital. Des sociétés d'état ont autonomement décidé la politique des prix pour assurer le bénéfice le plus haut possible. Le prix de marchandises étaient déterminé de façon suivante: les dépenses courantes étaient ajoutées à la moyenne des bénéfices selon la formule du coût moyen de production dans un système capitaliste. Cela assurait des profits égaux pour la quantité égale de capital investi.

La politique des prix étaient employée par les sociétés d'état comme une forme de compétition ouverte. Quelques prix étaient fixés par le centre mais même ceux-ci étaient déterminés par la demande et l’approvisionnement. Le résultat était, comme le camarade Enver Hoxha l’a exposé, que les révisionnistes modernes ont transformé le socialisme, dans leurs pays respectifs, en un système capitaliste.

Camarades! Les changements de la structure sociale de l'URSS ne pouvaient pas, ne pas être réfléchi dans sa politique étrangère. La clique Kruschevite a exporté son modèle aux républiques démocratiques diverses. Il finalisa des pactes officiels et secrets avec l'impérialisme AMÉRICAIN, il s'est lié les mains et les pieds aux économies étrangères, endettant lourdement les Soviétiques aux oligarchies multinationales financières, En outre, il a manifesté son influence comme une grande puissance sans favoriser la croissance d’un socialisme authentique et, ainsi, a essayé d'imposer son revisionisme au communisme mondial. L’URSS est devenu un des principaux exportateurs d’armes. Il a favorisé l'opportunisme et a saboté la révolution. L'URSS, le grand exemple du socialisme, a été transformée en une énorme prison des peuples et des nationalités, une puissance socio-impérialiste. La politique de Kruschev a favorisé la restauration et non le progrès. Il a favorisé la destruction des victoires historiques du communisme.

Camarades! Nous croyons que le Mouvement International Communiste peut renaître en s’inspirant des expériences de la Révolution d'Octobre et de son énorme patrimoine pratique et théorique qui nous fournit une base dans notre lutte pour la révolution et contre l'impérialisme. Il nous fournit aussi la base pour une solution de toutes les questions tactiques et stratégiques, pour la création d'un nouvel ordre International et pour la construction future de nouvelles sociétés socialistes.

Le Stalinisme est l'arme la plus puissante contre les formes les plus sophistiquées modernes de revisionisme. Les travaux et la figure de Staline doivent agir comme une grande ligne de démarcation entre nous et tous nos ennemis et les soi-disant communistes.

Camarades! Nous espérons de tout cœur que les communistes soviétiques et le peuple soviétique s'uniront avec nous dans un grand front révolutionnaire mondial. Nous espérons que le processus révolutionnaire, amorcé par l'arrivée au pouvoir de Lénine en Octobre 1917, se réveillera de nouveau en ex-URSS et mènera à l'installation de la dictature du prolétariat et la reconstruction du socialisme.

Aujourd'hui, vu les conditions, l'avantage dans la lutte entre la révolution mondiale et la réaction repose fermement et complètement sur le prolétariat. L'impérialisme est faible et mourant et la révolution, comme une possibilité réelle, est considéré dans le monde entier.

L'écroulement du revisionisme est la première étape conduisant à la révolution.

Vive le prolétariat Soviétique!

Vive l’internationalisme prolétarien!

Vive la doctrine immortelle révolutionnaire, le Marxisme-Léninisme!

Gloire éternelle au grand Staline, la figure victorieuse des communistes dans le monde entier!

Organisation pour la Construction du Parti Prolétarien d'Italie.

Cliquez ici pour retourner au Amis Québécois